Matins câlins

En ce moment, je ne fais que des cauchemars dans lesquels PapaCrapouille a tous les torts et fini par s’en aller et nous abandonner (ou pire, s’en aller avec notre Crapouillou!). Dur dur de gérer cet inconscient qui me travaille, car jamais de la vie PapaCrapouille ne nous abandonnerait, et encore moins ne couperait son Crapouillou de MamanCrapouille. D’ailleurs quand nous avant vécu ce que, je crois, nous pouvons appeler notre baby clash et que nous avons songé à nous séparer, jamais il n’a été question de séparer Crapouillou de l’un ou de l’autre de ses parents. Tout ça pour dire : mes cauchemars, ces choses incontrôlables, qui font que je me réveille toujours contrariée, énervée et triste.

Dans ce contexte, pas facile de passer des mâtins câlins familiaux.

En général je me lève, laissant Crapouillou dormir paisiblement dans son berceau et offrant à PapaCrapouille toute la place dans le lit, pendant que je file sous la douche me laver de ces cauchemars et finir de me réveiller entièrement.

Seulement voilà, les matins câlins, blottie dans les bras de PapaCrapouille, ça commence à me manquer sérieusement. Heureusement ce matin, avant de partir, PapaCrapouille a frappé timidement à la porte de la salle de bain :

Je peux entrer pour te faire un bisou avant de partir ?

Et là, dans la salle de bain, alors que je finissais de me sécher les cheveux, nous avons eu notre matin câlin malgré tout : PapaCrapouille m’a trouvée très belle (les cheveux en bataille à moitié humide, du dentifrice encore au coin des lèvres et l’oeil rouge à cause d’une éclaboussure… Mais pourquoi on s’embête à vouloir être belle ?), il m’a dit que notre Crapouillou s’était un peu réveillé au son de la douche puis rendormi aussitôt grâce à la réactivité de son papa, il a rajouté qu’il était heureux comme jamais et qu’il était confiant en notre avenir.

Devant tant de tendresse, je me suis blottie contre lui (avec mes cheveux n’importe comment, ma trace de dentifrice et mon oeil rouge, donc) et nous avons eu malgré tout notre matin câlin. Une fois remise de mes cauchemars. Juste avant qu’il ne parte. Un peu comme deux amants secrets qui profitent d’un instants furtifs.

Et croyez moi, ça fait du bien, un matin câlin.

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe aussi par des instants tendresse avec Papa.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s