Fotoshop et cancer en pot

Je fais partie de ces femmes qui arrivent à s’accepter telles quelles sont.

J’aime mes vergétures d’adolescence qui sont survenues en même temps que mon envie de liberté. J’aime mes petits seins qui sont apparus un jour et n’ont jamais voulu pousser depuis. J’aime mes fesses flasques qui reflètent ma grande feignantise . J’ai même réussi à aimer ma maigreur qui m’a pourtant valu tant de moqueries au collège et au lycée.

Et avec la grossesse, j’ai arrêtée d’utiliser des cosmétiques pour passer à une routine plus naturelles.

Seulement voilà : pendant ma grossesse, j’étais partie en croisade contre toutes celles qui n’avaient pas eu la « révélation divine » (autodérision, bonjour!) Je pense que les hormones ont eu leur part à jouer dans mon extrémisme. Je sautais à la gorge de toutes les mamans qui achetaient des crèmes anti-vergetures ou osaient mettre du fond de teint et du déodorant de supermarché.

Jusqu’au jour où …

Je suis tombée, au détour du baptême de la fille d’une amie, sur le cas extrême : enceinte d’un mois de moins que moi elle fumait, elle buvait (de l’alcool, oui oui) et avouait même s’être fumé « un dernier joint » le jour où elle a découvert la grossesse, parce qu’elle savait que « bon quand même, fallait pas déconner ».

Le choc.

Ca m’a aidé à relativiser.

Nous sommes dans une société qui nous pousse à avoir des attentes esthétiques vis à vis de notre propre corps irréalistes, c’est plutôt logique que les femmes, enceintes ou pas, mamans ou pas, vivant cette pression de la perfection, prennent les outils qu’on met à leur disposition pour essayer de correspondre à cette norme surréaliste.

Donc de rageuse (limite troll parfois) croisée, je suis passée à bienveillante, ayant moi même été un jour la victime de cette société de consommation aux attentes irréelles. J’essaie de montrer aux copines en quoi leurs soit disant imperfection font d’elles des femmes magnifiques.

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe aussi par rester humble et aider les autres à s’aimer tels qu’ils sont.

3 réflexions sur “Fotoshop et cancer en pot

  1. marionle6tron dit :

    J’ai arrêté de fumer net le jour où j’ai vu son cœur battre la première fois, j’étais enceinte de juste un mois mais plus une goutte d’alcool n’a franchi ma bouche. Je ne me crème jamais ni avant ni maintenant, je suis obèse pleine de défaut et de vergetures et je m’accepte (enfin y a des jours sans quand même) je suis aussi super intolérante envers les enceintes fumeuses et buveuse ça me révolte !

    J'aime

    • epanouieoupresque dit :

      Oui ça me choque aussi, mais en même temps, elles font leur vie, on fait la notre. Pour arriver à rester positive et à ne pas me rajouter des nuages, je me suis dit que désormais je laisserai les gens faire leurs erreurs sans intervenir, sauf si on me demandait expressément mon avis.

      J'aime

  2. lorrain1 dit :

    Finalement la synthèse de ce post est équilibrée. Homme passant par là, je ne me suis pas ennuyé en lisant ces lignes. Je partage le bilan réaliste. Bravo !
    Bon début de printemps !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s