Allaitement : je ne suis pas pro choix

NB : Que les choses soient claires : je ne blâme pas les mamans qui biberonnent, je blâme la société qui pousse à croire que le biberon de LA (lait artificiel) est sans conséquences sur la santé des enfants et qui ne fait rien pour qu’une maman puisse mener son allaitement à bien (parce que, vous comprenez, une mère qui allaite, ça ne rapporte rien à personne, alors autant lui faire croire des âneries! )
NB bis : Article écrit dans le cadre du projet d’Agoaye : Un défi ou un écrit #04 – Ceci est un message personnel

Je sais que la mode est aux pro-choix en matière d’allaitement, mais je ne m’y résous pas. Quand je vois un bébé avec un biberon de m*rde en poudre, j’ai envie de hurler. Je me force pourtant à dire à mes connaissances cette phrase qui me tourne l’âme : « Mieux vaut un biberon donné avec le sourire, qu’un sein donné dans les larmes » sauf que c’est un manque cruel d’honnêteté de ma part. Le meilleur pour l’enfant, c’est le lait de sa mère. Point. Pas le lait de vache. Le lait de vache c’est pour le veau. Pas pour le bébé humain. Pour le bébé vache. M*rde!

Je ne comprends jamais les témoignages d’allaitement ratés. Quand je lis des témoignages d’allaitement ratés, je ne comprends pas « J’ai essayé, ça n’a pas marché » je comprends « J’ai été mal informée, sans aucun soutien et entourée d’une équipé médicale défaillante et qui m’a menée à l’échec de mon allaitement » (super livre sur l’allaitement, pour celleux que ça intéresse) Pire encore, quand je lis des articles revendiquant fièrement un non-allaitement, je ne lis pas « J’ai choisi de ne pas allaiter » mais je lis « La société m’a broyée sous le poids de l’objet sexuel qu’elle veut que je sois, me faisant perdre mes repères instinctifs sur la fonction primaire de mes seins, et me faisant croire que la vie c’était la carrière avant tout ».

Alors pardon aux mamans qui se reconnaitront dans les description ci-dessus : ce n’est pas votre faute. Mon but n’est pas de vous culpabiliser. Vous avez fait au mieux avec les moyens et les connaissances que vous aviez. J’en ai juste marre de cette société où on joue avec la vie des gens via l’alimentation (oui, allaitement, pesticides, OGM, etc même combat!). Comprenez bien que si nous (les femmes) nous nous affranchissions du LA, c’est toute une industrie qui s’effondrerait. On ne pourrait pas nous taxer sur notre propre lait, donc hop! Envolés Nestlé, Blédilait, Novalac et compagnie! Il faudrait qu’ils se trouvent une autre poule aux oeufs d’or.

Mais pourquoi chercher une autre poule, quand on en a des milliers qui ont assimilé lait à vache, allaitement à animaux (c’est bien connu, l’humain n’est pas un animal! lolilol) et nourrir son enfant à biberon ? Pratique non ? Et le fait que RIEN dans notre société ne soit fait pour permettre aux mamans d’allaiter, on en parle ? La loi RIDICULE qui contraint les sociétés à accorder un temps de pause tout aussi ridicule pour aller tirer son lait, on en parle ? Le fait qu’elle soit inapplicable dans 2/3 des métiers, on en parle ? Les contrats des labos pharamceutiques avec certaines cliniques, on en parle ? La dizaine d’heures seulement de formation à l’alimentation, allaitement inclus, sur 7 ans d’études de médecine on en parle? Le fait que l’allaitement sauverait 800 000 vies par an mais que personne ne relaie l’info, on en parle ? Le fait qu’on ne donne aux préma EXCLUSIVEMENT que du lait maternel collecté par le lactarium car il serait DANGEREUX de leur donner du LA, on en parle ? Le fait que l’OMS (l’OMS B*RDEL ! c’est pas le pignouf du coin ou une blogueuse obscure au fin fond du « ternet!) recommande l’allaitement maternel jusqu’aux 2 ans de l’enfant, on en parle ? Et les dents de lait, hein ? Pourquoi elles s’appellent les dents de lait ??? On en parle aussi ?

Bref, je ne pouvais plus me taire.

Pardon mesdames qui avez biberonné, fièrement ou dans la culpabilité.

Pardon.

Je ne suis pas pro choix.

Je suis pro allaitement.

19 réflexions sur “Allaitement : je ne suis pas pro choix

  1. completementnad dit :

    Alalalalala quand JMEOP est énervée ça donne un article qui sort du fond des tripes!!!!
    Et j’adore quand ça sort du fond des tripes j’ai lu d’une traite je crois même pas avoir repris ma respiration jusqu’au point final. Ton article est plus que juste.
    Malheureusement de ce côté là c’est pas près de changer et je parle du point de vue médical.
    En France la médecine est totalement à la bourre ou alors à côté de la plaque sur l’allaitement.
    Et c’est nos enfants qui en pâtissent…

    J'aime

    • jmeop dit :

      Merci pour ton commentaire ma belle! J’ai hésité à le poster toute la semaine, l’allaitement étant un sujet sensible, mais ton commentaire me rassure : je ne suis donc pas la seule à penser ça!

      J'aime

    • jmeop dit :

      Merci ma belle! Je t’avoue que je suis très surprise de ne finalement pas être là seule de cet avis là. Surprise mais contente! Moi aussi je suis triste à chaque fois qu’une de mes copines «  »rate » » son allaitement!

      Aimé par 1 personne

      • Elsa dit :

        Oui, et à chaque fois que j’entends « je n’avais pas assez de lait »… C’est quand-même grave cette désinformation, ce désir de ne pas culpabiliser les mères alors qu’il s’agit de tout autre chose, des enjeux économiques et autres…
        Bon je suis une débutante ça fait un an que j’allaite 😀 Mais c’est déjà pas mal, bébé n’est pas prête à arrêter du tout et moi non plus alors on est bien! 🙂

        J'aime

      • jmeop dit :

        Tu as parfaitement résumé les choses : la désinformation. C’est l’arme premier des publicitaires pour nous faire consommer des choses dont on pourrait très bien se passer. Et j’interprète souvent la culpabilité des biberonnantes victimes de cette désinformation comme une résurgence de l’instinct maternel. J’en parlais avec une copine qui a du interrompre son allaitement (et l’à relancé ensuite) et c’était exactement ça.
        Ça m’embête beaucoup qu’encore une fois la culpabilité soit ressentie par les « victimes » des industriels alors que ce sont ces derniers qui devraient se sentir coupables!

        J'aime

  2. Die Franzoesin dit :

    Je ne suis pas à 100% du même avis mais ça ne me dérange pas parce que j’aime le débat et j’ai trouvé aussi ta formulation respectueuse 🙂 . J’habite dans un pays (l’Allemagne) vraiment pro-allaitement et pas pro-choix. Le côté positif c’est que beaucoup plus de mamans allaitent et je pense aussi que c’est une bonne chose pour plein de raisons. Je vois cependant deux problèmes à cela :
    – Le premier c’est que ça n’empêche pas les échecs. J’ai raconté le mien dans mon blog je ne sais pas si tu l’as lu, mais en bref : cassure de courbe du poids, une semaine d’hospitalisation pour BB (avec biberon sans me demander mon avis), deux mastites pour moi avec plus de 40° de fièvre… Un allaitement vraiment catastrophique et traumatisant. Et suite à cet échec justement, j’ai vraiment super mal vécu tous les propos pro-allaitement autour de moi car j’avais l’impression qu’on cherchait à me culpabiliser en plus… Alors que j’avais vraiment tout essayé peut-être même au delà du raisonnable… Dans ces moment là j’aurais rêvé d’habiter en France.
    – Le second c’est que l’Allemagne a un taux de natalité très bas. Et certains disent que c’est justement parce que la pression ici est si forte sur les jeunes mamans (allaitement, cododo, etc.) que ça en dissuadent beaucoup. La France à l’inverse, en mettant moins la pression sur ces sujets, aurait de ce fait un meilleur taux de natalité. Je pense que ce n’est pas faux quand j’observe mon entourage. En Allemagne, les mamans ont vraiment la pression et du coup beaucoup choisissent de ne jamais le devenir. Je me demande alors si ça vaut le coup de trop contraindre les mamans si elles ne le souhaitent pas…
    Bref je pense que j’écrirai un jour un article sur l’allaitement, c’est un sujet qui continue aussi de m’interroger beaucoup 🙂 .

    J'aime

    • jmeop dit :

      J’ai en effet essayé de rester très respectueuse en pensant justement aux mamans comme toi qui ont eu des grosses difficultés avec leur allaitement. J’avais lu ton article et j’ai aussi des connaissances qui ont eu de graves complications impliquant chirurgie et traitements.
      Ce que je trouve dommage, c’est de « condamner » maman et bébé au LA définitivement après un gros soucis de santé. Peu de mamans savent qu’une relactation est possible (y a même des mamans adoptantes qui allaitent). En revanche je ne savais pas qu’il y avait une pression telle sur les femmes en Allemagne, je t’avoue que je ne connais bien que l’Angleterre et la Suède sur les sujets liés à la maternité.
      Comme j’en discutais avec JeunePapaEpanoui ce matin : je ne suis pas pour forcer les mamans à allaiter, loin de là, je suis à 200% pour le libre choix des femmes. En fin de compte, je serais, dans une société idéale, contre toutes formes de LA et pour le retour de nourrice comme un véritable métier reconnu et valorisé (utopie bonjour me voilà! ^^’)

      J'aime

      • Commentaire dit :

        Il y a du chemin à faire…Jamais je ne souhaiterais que mon enfant soit allaité par une autre femme 😉 Je préfère qu’il prenne son biberon dans nos bras.

        J'aime

  3. Morgane dit :

    Je découvre ton article par hasard via le défi d’Agoaye et j’adore 🙂
    J’aurais pu écrire la même chose 😉 je subis énormément de remarque au sujet de mon fils de 3 ans toujours allaité mais je vois des gamins de 5 ou 6 ans qui prennent un biberon de lait de vache au réveil…. ça m’énerve!!!
    Petite remarque, sauf erreur de ma part l’OMS préconise l’allaitement maternel 2 ans minimum et non pas jusqu’aux 2 ans 😉

    J'aime

    • jmeop dit :

      Bienvenue par ici Morgane 🙂
      Oui, c’est une erreur de formulation de ma part. J’aurais du écrire « jusqu’aux deux ans minimum »
      J’imagine qu’à 3 ans tun dois t’en prendre plein des réflexions. Pour l’instant par ici ça va, mais à la rentrée à la crèche en septembre, le médecin m’avait reconvoquée abusivement parce que j’allaitais encore à un an…

      J'aime

  4. royal Indigo dit :

    l’allaitement est une question qui divise toujours bcp
    perso j’ai allaité mes 2 filles (7 mois pour la première), après 11 mois pour la seconde je suis tombée malade avec une fièvre à plus de 40° (des hallu, des délires, une énorme perte de poids (plus de 7kg) et une fatigue intense). Et donc, une fin d’allaitement non voulue et mal vécue.
    Mais bon, mon mari m’a bien entouré et malgré un soucis au cours de mon second allaitement (ma fille a serré la mâchoire et mon téton a été abîmé), mon médecin m’a proposé de stopper l’allaitement pour soigner, je refuser direct, j’ai cherché des solutions alternatives pour soigner et allaiter et j’ai trouvé.
    la leach league est une bonne source d’info
    après, parfois il existe des cas où il est difficile, et on n’est pas dans l’intimité des gens et je ne veux pas juger les gens.
    moi aussi, j’ai du mal à comprendre celle qui décident de ne pas allaiter, surtout quand on me dit  » non ça va abîmer mes seins » !!! et ton bébé ça va pas l’abîmer ??
    enfin, en parallèle, l’instit de ma fille a allaiter sa petite depuis la naissance, elle a demandé a pouvoir prolonger son congés pour pouvoir continuer et ça lui a été refusé, l’allaitement n’étant pas un motif suffisant, un motif non, mais une nécessité oui !!!

    J'aime

    • jmeop dit :

      Dans mon futur ancien boulot on m’a aussi beaucoup embêtée avec mon allaitement… C’est vraiment incompréhensible que nourrir son enfant ne soit pas recevable. Normalement dans l’Education Nationale le congé parental est appelé congé « de droit » pour élever son enfant, donc je trouve ça ahurissant que ça lui ait été refusé.
      Pour ce qui est de juger les autres mamans, comme je le disais dans mon article, ce n’est pas directement elles que je blame mais la société de consommation dans laquelle nous sommes et qui a fait des femmes des objets (sexuels). Une norme si bien intégrée que les femmes elles mêmes s’y maintiennent (notamment avec la peur pour la forme de leur poitrine en ayant un enfant, ça me consterne)

      J'aime

  5. Je ne suis pas une poule dit :

    Tu as osé un avis tranché sur un débat qui divise… c’est « couillu ».
    Personnellement mon histoire fait que je suis « pro-choix ». J’ai allaité ma fille 3 mois, jusqu’à ma reprise du boulot et je me suis forcée « parce que c’était mieux pour sa santé ». Je n’ai pas aimé et ça ne m’a pas épanoui. Je n’ai pas eu de problèmes « techniques » je n’ai juste pas apprécié. Et ce n’ai pas une question de « sexualisation » du truc. Ce n’était pas fait pour moi, c’est tout. Et, si j’arrive à avoir un deuxième enfant (on croise les doigts) je ne sais pas si je me contraindrai à nouveau, car l’allaitement m’a « gâché » les premiers mois de ma fille (bon, ok, je dramatise un peu, mais quand même…) et je n’ai pas envie de revivre ça… Et j’espère que je ne serai pas jugée si je fais ce choix.

    J'aime

  6. Commentaire dit :

    Bonjour,
    Alors d’un côté je suis tout à fait d’accord sur le fait que l’allaitement, c’est meilleur pour la santé (cela semble logique vu que c’est naturel). Et sur le fait que c’est très important de bien informer les femmes pour ne pas que ce soit un échec, voire un traumatisme. Par contre j’ai beaucoup réfléchi à l’allaitement et je voudrais rebondir sur cette histoire de coût. Déjà, cela suppose que le temps de la maman n’a pas de coût. Cela suppose que quand la mère allaite, qu’elle tire son lait avant et pendant le boulot, cela n’a aucune conséquence sur son quotidien. J’ai lu une fois une maman qui s’est beaucoup investie dans l’allaitement dire que si, tout ce temps a un coût. La preuve, c’est qu’on revendique ce temps pour les mères qui veulent allaiter et travailler. Ce temps a un impact sur la vie de la mère et son travail. Qu’on le chiffre en argent ou non. Donc dire que l’allaitement est « gratuit » est un brin exagéré. Ensuite, beaucoup de médias relaient les infos dont tu parles (peut-être pas le personnel en contact avec les mères). Il suffit de faire une recherche sur l’allaitement dans la partie « actualité » d’un moteur de recherche pour le voir. Ils les relaient n’importe comment d’ailleurs, en omettant de préciser que la plupart des mères qui allaitent dans les pays développés sont issues de milieux favorisés et que cela influe sur les études en lien avec le QI par exemple. Donc je veux bien des infos, mais objectives et détaillées, par du copier/coller de trucs vagues. Bref on trouve aussi ceci: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/l-allaitement-bon-pour-les-bebes-les-meres-et-l-economie_1758575.html
    « L’allaitement bon pour l’économie ». Hahaha. Comme si c’est cela qui allait nous pousser à allaiter. Ma belle-mère dit à juste titre qu’en période de crise, on pousse les femmes à allaiter, et qu’en période de plein emploi, on les pousse à donner le bib et à aller bosser. Donc je ne suis pas si sûre qu’il n’y ait pas d’intérêt économique derrière. Ensuite les tire-laits (si on reste dans l’optique de la mère qui va bosser), il y a aussi un marché derrière, je lisais un article là-dessus l’autre jour. Cela peut paraître stupide de focaliser là-dessus, mais même si je suis pro-bio et naturel, je pense qu’il y a des gens qui ont leur intérêt derrière tout ça aussi. Donc je suis avant tout contre le fait de mettre la pression aux femmes. On est formatées par une société biberon? D’accord, dans ce cas allons-y en douceur pour une société plus ouverte à l’allaitement, mais dans une transition respectueuse de la maman et de ses peurs.

    J'aime

  7. stella dit :

    Quel vaste sujet…ne condamner toutes les mamans qui ont essayé sans succès. Elles culpabilisent déjà.
    pour ma part, mes jumeaux sont nés à 7 mois de grossesse. Ils n’avaient pas la force de respirer seul, de réguler leur température, de manger (ils avaient une sonde)….alors prendre le sein, n’en parlons pas. J’ai tiré mon lait pendant un mois, sans grand succès malgré une équipe au lactarium très présente pour me soutenir. Alors oui j’ai arrêté en partie pour mon confort…et mes enfants ont eu du lait du lactarium( merci aux donneuses).la réa néonatalogie est une épreuve pour nos enfants et pour nous aussi. J ai préféré garder mes forces pour les accompagner à gagner leur combat pour la vie. Tout est effectivement une question de choix….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s