KonMari, non merci

Bon alors, mille ans après tout le monde j’ai l’impression, j’ai découvert la fameuse méthode KonMari pour ranger son chez soi.

Pinterest

Pinterest

Il suffit d’ailleurs de se rendre sur Pinterest pour se rendre compte de l’engouement pour le rangement et la méthode de Marie Kondo à cet effet. A croire que c’est tellement le brodel partout dans le monde que les gens se mettent à ranger chez eux.

Je suis venue, j’ai lu, je suis restée sur le c*l

J’ai lu le livre, de A à Z, deux fois et voilà ce que j’en retiens :

Bonjour chaussures! Merci parapluie! A demain sac à mains!

Bien que je comprenne qu’être ordonné.e soit un état d’esprit global, je n’en suis pas pour autant animiste et je ne vais pas me mettre à parler à mes objets inanimés. Moi qui suis déiste, je me retrouve déjà bien souvent à converser toute seule à voix haute (je vous rassure, je n’ai jamais entendu de réponses :P) je ne vais pas, en plus, remercier mes chaussures, mon sac et mon parapluie. Il ne manquerait plus que Crapouillou se mettre à remercier ses couches !
(Pardon pardon à tou.te.s les animistes, je me moque gentiment en m’imaginant moi en train de le faire, mais je respecte vos croyances)

Pourquoi jeter, quand on peut donner ?

J’avoue que cette partie là m’a profondément choquée. Bon, je garde en tête que la culture japonaise est différente de la culture française. Certes. Mais il serait peut être bon de se rappeler que nous avons en France plein d’associations qui récupèrent ce dont nous ne voulons plus (si, comme moi, vous n’avez ni le temps ni l’énergie pour vous inscrire comme vendeur à un vide-grenier). Il existe aussi des solutions simples et en ligne comme donnons.org

My work here is done

Vivre dans le présent, c’est quand même un peu égoïste.

Sur cette dernière partie, je pense que je suis encore marquée des récents décès dans ma famille, mais je garde un souvenir ému et attendri des moments en famille à trier les affaires, à passer en revu ces trésors insoupçonnés, à découvrir des choses que nous ne soupçonnions pas, à évoquer des souvenirs ravivés par un bibelot, un livre, un vêtement, une note griffonnée … Il me semble que c’est quand même important

Et la famille dans tout ça ?

Moi qui espérais trouver une réelle méthode de rangement pour mieux m’organiser (parce qu’on va être honnête, depuis l’arrivée de Crapouillou, c’est le souk, le bordel, le bazar, le capharnaüm, la bérézina, Bagdad, [insérer comparatif guerrier ou populaire représentant désordre et chaos]) mais j’ai l’impression que la méthode concerne surtout les trentenaire célibataires qui n’ont rien d’autres à faire que tout jeter et qui espèrent « repartir du bon pied » dans leur vie.

Un point positif tout de même

Après lecture du livre, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de méthode miracle, et que le mieux, c’était encore de s’y mettre. Alors ce week-end avec PapaCrapouille, nous avons remonté nos manches et nous nous y sommes mis ! Et ça, je vous en parle dans un prochain article 😉

[CR Lecture] Accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices

Dans la JeuneFamilleEpanouie, on pratique la motricité libre (si tu ne sais pas ce que c’est, je te conseille de te rendre sur le très bon blog de Bougribouillons qui a résumé ça parfaitement avec des très jolies illustrations).

Quand Crapouillou avait 5/6 mois, je le voyais parfois bloqué dans certains de ses apprentissages et j’avais envie de l’aider, mais sans entraver au principe de motricité libre. Je voulais l’aider à faire seul plutôt que faire pour lui. J’ai donc cherché à me documenter sur le sujet, et j’ai fini par trouver un livre sympa : De la naissance aux premiers pas, accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices de Michèle Forestier aux Editions Erès.

Capture

Le livre est construit en 10 chapitres :

  1. La construction de la motricité
  2. Phase statique : Les positions à plat au sol (jusqu’à 6 mois)
  3. Phase dynamique : Les premiers déplacements (de 5 à 10 mois)
  4. Découverte de la verticalité (après 8 mois)
  5. L’exploration de l’espace : l’escalade
  6. La marche
  7. Intérêt d’un bon développement
  8. L’accompagnement de la motricité
  9. Difficultés transitoires
  10. Difficultés secondaires

Ce livre porte très bien son titre : il s’agit ici d’accompagner son bébé dans ses découvertes motrices. Elle dresse pour chaque étape une liste des erreurs à ne pas commettre, sans pour autant que le lecteur se sente coupable de les avoir commises, une liste des difficultés que peut rencontrer l’enfant et une liste d’exercices/jeux à faire pour l’aider à résoudre ses difficultés s’il en rencontre.  Tout au long du livre, elle explique l’importance des acquisitions au rythme de bébé, par étapes, sans sauter les étapes parce que le bébé du voisin marche déjà ou parce qu’on subit une pression sociale sur les acquisitions motrices de notre progéniture.

Ce que j’ai aimé

– Apprendre des choses!
– Le ton non-culpabilisant
– La simplicité des explications
– Les illustrations de Marianne Berger claires et explicites
– La mise en garde face au consumérisme (et grands dieux! la puériculture c’est le consumérisme incarné! Donc un rappel de ce qui est réellement nécessaire ça fait du bien!)
– Les encouragements à faire face à l’entourage, souvent mal renseigné.

Ce que j’ai moins aimé

– La mise en page du livre : c’est tout bête, mais avoir 4 colonnes sur une page double + les illustrations + les encarts + certaines phrases en gras et en couleur (et pas toujours la même couleur!) je trouve ça un peu fouillis et j’ai parfois du mal à trouver l’information que je cherche. Je pense à tous les gens qui ont des difficultés de lecture (dys- ou autre) et je me demande s’ils s’en sortent face à ce livre.
– La fragilité du livre : bien que destiné aux parents, je l’attrape parfois quand je suis avec Crapouillou pour regarder les jeux à faire avec lui pour l’aider et il se trouve que mon Crapouillou est FAN de livres (qu’il manipule excellemment bien à mon plus grand étonnement!) (enfin ceux pour petits, avec les pages rigides) et qu’il a mangé le coin de certaines pages, déchiré la couverture et commencé à arracher certaines pages (oui, je suis une mère indigne qui laisse son bébé sur son tapis avec un livre à proximité quand belle-maman débarque à l’improviste ^^’).
– Les photos : bon, là, je chipote parce que je suis photographe. Les photos sont très claires pour comprendre les explications mais il y a des erreurs de cadrage, des difficultés de lecture (oui, oui, une photo ça se lit!), des photos avec du flou de bouger … C’est vraiment du chipotage parce que la photo c’est mon second métier ^^’

Conclusion : Un livre à remettre entre les mains de tous les futurs et jeunes parents. Je regrette de ne pas l’avoir lu AVANT la naissance, j’aurais du ça m’aurait évité de faire des erreurs!