Je suis une jeune maman épanouie … ou presque! #07

Deux semaines plus tôt dans mon billet du dimanche, je partageai mes astuces pour rebooster la lactation et la semaine dernière je vous faisais un compte rendu de lecture sur LE livre sur l’allaitement qui, l’air de rien, m’a vraiment aidé dans ma désorganisation chronique. Ces articles ayant rencontré un franc succès, j’ai décidé de consacrer une semaine entière aux seins à l’allaitement!

Parce que oui, une des grandes questions que l’on se pose quand on est enceinte : sein ou biberon ? Et à ce sujet, il y a deux écoles : les pro-allaitement et les pro-biberon ? Non. Je dirais plutôt : les choix faits en pleine conscience et les faux choix (ou choix subis).
Effectivement, nous vivons dans une société qui adore malmener l’image de la femme pour en faire un objet sexuel : entre la norme du glabre, le tabou du vieillissement, hygiène qui frôle l’aseptisation, honte des fonctions naturelles du corps (non, non, avoir ses règles ce n’est pas sale!) la Femme est malmenée et remise en question dans en permanence.
Dans ce contexte de société fortement marquée par le patriarcat de nos jours encore, les femmes dans leur maternité n’échappent pas à toute cette pression intériorisée (ça fait tellement longtemps qu’on en bouffe de la Barbie qu’on ne s’en rend même plus compte!).

Du coup pour certaines femmes l’allaitement est vécu comme quelque chose de trop bestial et qui entache leur féminité, donc même si elles souhaiteraient allaiter, cette pression sociale les en dissuadent. Quant à celles qui essaient, avec toutes les conneries remarques qu’elles entendent, et le peu de soutien manque de formation du corps médical, elles arrêtent bien vite (on ne le dira jamais assez : une maman a suffisamment de lait et il est suffisamment nutritif pour son bébé dans  99% des cas ET un allaitement bien mis en place et bien mené n’est pas douloureux).

Vous l’aurez compris, j’ai un avis très tranché sur la question. Pour autant, je ne juge pas les mamans qui prennent la décision de ne pas allaiter, je les comprends car allaiter de nos jours s’approche parfois d’une véritable revendication!

Cette semaine donc, je ne refais pas le débat, je partage simplement avec vous le cheminement qui m’a conduit à l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois et à un allaitement long et je vous parle de cet allaitement dans tous les aspects de ma vie.

Mardi dans Maman travaille je vous dis comment je concilie travail et allaitement mais également comment j’ai fait fi de toutes les remarques peu encourageantes.

Mercredi dans Maman est amoureuse je partage toujours un peu notre intimité : PapaCrapouille, mes seins et moi!

Jeudi dans Maman est belle je vous parlerai de «  »l’entretien » » (vous verrez pourquoi les doubles guillemets jeudi ;)) de ma poitrine et j’en profite pour pousser un petit coup de gueule (voire deux!)

Vendredi dans Maman fait … je vous parle de l’allaitement et du tout début de la diversification.

Samedi retrouvez mon post 53 billets en 2015

Excellente semaine à tou-te-s !

 

Je suis une jeune maman épanouie ou presque … #06

Je suis en retard, mon bureau est en bazar, je n’ai pas touché l’aspirateur depuis au moins un moi, mon linge salle s’empile dans un coin de la chambre, je cours après mes dossiers pour être prête pour les réunions … Bref, je ne suis pas organisée!

Autant je suis passionnée et méticuleuse, autant je ne suis pas, mais alors pas du tout organisée! Tous les matins je me lève avec une énoooorme liste de choses à faire, et tous les soirs je me couche en voyant cette liste grossir et je me dis « Mais qu’est ce que j’ai fait de ma journée pour que rien n’avance ? ».

Bref, c’est l’angoisse au quotidien! Et cette semaine je vous parle de les répercutions sur tous les aspects de ma vie de cette désorganisation chronique qui me caractérise.

Mardi dans Maman travaille je vous raconte en quoi ma désorganisation et mon mi-temps sont incompatibles!

Mercredi dans Maman est amoureuse je vous dis tout sur comment mon homme s’est adapté à mon incapacité à m’organiser.

Jeudi dans Maman est belle je fais le point sur la rééducation abdominale et les montagnes d’astuces que j’ai du déployer pour arriver à m’oragniser autour de ces rdv.

Vendredi dans Maman fait ... j’inaugure une nouvelle rubrique en vous parle de lecture! Oui parce que j’ai jamais le temps de rien, mais depuis la grossesse, j’ai lu une quantité astronomique de bouquins qui m’ont été au final très utiles dans ma désorganisation chronique!

 

Je me suis laissée bouffer

Bon voilà, en fin d’année j’écrivais un article sur le fait que j’essaierai de ne pas me laisser bouffer par le boulot.

J’ai tenu bon quoi ? 10 jours ? 15 jours maximum ? Et après le boulot s’est rattrapé et m’a avalée toute crue! Je n’ai pas fait faire d’heures supplémentaires à la nounou, mais je me suis épuisée. Je ne voulais pas que mon fils ait moins de temps que prévu avec sa mère à cause du travail, donc en journée j’ai doublé (voire triplé) ma productivité pour pouvoir partir à l’heure sans que ça me soit reproché.

Et ça a bien marché je dois l’avouer : non seulement on ne m’a rien reproché, mais on m’a en plus félicitée d’être aussi compétente en retour de congé maternité. On m’a même laissé comprendre qu’il se pourrait que je sois embauchée à durée indéterminée durant 2015.

Toujours le même temps passé avec mon Crapouillou, une embauche durable à la clé… Que du bon ?

© Jeune maman épanouie … ou presque!

© Jeune maman épanouie … ou presque!

Et bien non.

J’étais vraiment fatiguée, ça a mis en péril ma lactation et j’ai eu beaucoup de mal à maintenir une vie sociale digne de ce nom et à préparer les fêtes de fin d’année. J’ai du délaisser ce blog. Et je me couchais en même temps que mon fils (oui oui, à 19h30 au lit!). Papa Crapouille m’a réellement soutenue dans cette fin d’année et je crois même qu’il a apprécié que Crapouillou et moi nous couchions si tôt en fin de compte, comme ça il a pu avoir un peu de temps pour lui (qu’il n’avait pas encore eu depuis que Crapouillou est né, contrairement à moi qui avait réussi pendant mon congé maternité à me prendre quelques demi-journées rien que pour moi)

Qui dit nouvelle année, dit nouveau départ. L’enjeu d’une embauche durable ayant été évoquée, j’ai pris la décision de maintenir un travail soutenu à quelques conditions :
– ne pas rentrée épuisée à la maison : bien que Papa Crapouille ait apprécié ces quelques semaines où il pouvait cultiver son jardin secret le soir, nous étions contents quand ça s’est calmé
– ne pas faire en mi-temps ce qu’on demande à un temps plein : oui je sais, c’est eu peu bête, mais si j’abats le travail des collègues à temps plein en étant en mi-temps ça va tous nous pénaliser en fin de compte, donc je lève le pied!
– laisser le boulot au bureau : ça j’ai vraiment du mal! Je ramène beaucoup de travail à la maison et ça me prend pas mal de temps sur nos week-ends. Il faut vraiment que j’arrive à me discipliner et à ne travailler qu’au bureau
– travailler en équipe : je ne suis pas quelqu’un qui travaille beaucoup collectivement, j’ai toujours eu du mal avec la critique constructive que j’ai longtemps vécu comme une critique tout court, mais cette année, non seulement je l’accepte mais je vais la chercher! Or de question de perdre du temps en voulant me débrouiller seule alors qu’un-e collègue peut m’aider à résoudre mon soucis en 5 minutes.

Souhaitez moi bonne chance!

On fait le bilan de ces résolutions dans quelques mois ? 😉

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!), c’est pouvoir jongler entre travail et vie de famille!

Allaiter tout en beauté

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi les tenues d’allaitement c’est LE casse-tête!

Tout d’abord il faut savoir que je n’ai rien acheté neuf en terme de tenues d’allaitement. Je n’avais pas envie de payer au prix fort des tenues que je ne porterais que quelques mois et pour lesquelles des enfants quelque part en Asie auraient été exploités dans l’unique but que j’ai quelque chose de neuf. Non, non, non!
Donc j’ai acheté d’occasion, ne sachant pas trop à quoi m’attendre en terme de praticité et d’esthétique.

Les vêtements d’allaitement, la chose la moins pratique au monde!

Grands dieux qu’est ce que je peux ne pas aimer ça, les vêtements d’allaitement! Devoir insérer son sein entre deux bouts de tissus en mode « Cachez ce sein que je ne saurais voir » très peu pour moi.
J’ai besoin du contact avec mon bébé, donc je suis de celles qui déballe l’entièreté de leur sein pour nourrir leur enfant. Sans gêne ni pudeur. Et je maudis les vêtements d’allaitement pour le fausse pudeur et leur mauvaise conception.

Encore une fois, une norme

Là où s’attend à ce que les vêtements d’allaitement soient un peu différents des vêtements classiques, tous taillés sur le même type de silhouette, car l’unicité du corps des femmes est vraiment flagrante face à la grossesse et l’allaitement, et bien non! On retombe sur un modèle tout fait : gros seins, gros ventre.
Comme je vous l’expliquais, je fais partie de ces femmes qu’on aime à détester parce qu’elles ont la ligne en toutes circonstances. Du coup, le surplus de tissu prévu pour ranger la bedaine de jeune maman créer sur moi une espèce de ventre fantôme plissé et froissé absolument moche et aberrant.

Lingerie d’allaitement : le glamour de grand-mère

Alors là, c’est le sujet qui fâche.
Déjà il faut savoir que je ne portais plus de soutien-gorge depuis 6 mois quand je suis tombée enceinte, que je n’en ai pas porté de toute la grossesse et qu’il a fallu que je reprenne le travail pour me résoudre à en remettre (oui, oui, allaiter sans soutif c’est possible, ça ne fait pas plus mal et les seins ne tombent pas, promis! 😉 )
Donc en vue de la perspective que j’allais être obligée d’en porter à nouveau, ne serait-ce que pour caler mes coussinets histoire de ne pas mouiller mon t-shirt devant les collègues, j’ai écumé les boutique et le net à la recherche de jolies choses sans armatures si possible.
J’ai trouvé des choses magnifiques … à un prix tout aussi éblouissant v_v
Et quand j’ai trouvé ce qui, je croyais, me conviendrait, je me suis vite rendue compte lors du premier essai que ça me rappelait étrangement les sous-vêtements de mamie Ginette…
Contrariée par ces recherches infructueuses (en plus d’être obligée de remettre des soutiens-gorge) j’ai fini par trouve le compromis idéal : la brassière d’allaitement!

Le saint Graal

Sans armatures, sans bout de tissu à clipser ou déclipser, assez élégante grasse au bandeau de dentelle, je l’ai tellement aimée que j’en ai commandé quatre! (oui, une des rares chose que j’ai acheté, je l’avoue)

Et pour la nuit j’ai simplement ressorti mes nuisettes et débardeur dont j’ai desserré les bretelles au maximum. Tout simplement!

 

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe aussi par des accessoires d’allaitement confortables! 😉

Ne pas se laisser bouffer

Fin d’année = bilans = réunions tard dans la soirée

J’ai invoqué la sacro-sainte excuse de la nounou, tout simplement.

Après xx heures elle ne peut plus me garder mon fils

Donc tout simplement, à l’heure annoncée, je me suis excusée auprès de mes collègues, me suis levée et suis partie retrouver mes hommes.

Seulement la semaine suivante, j’ai voulu « bien » faire. PapaCrapouille est donc rentré tôt du travail pour être là quand je ramènerai Crapouillou et je suis retournée à ma réunion de 18h30.

Retardée d’une heure.

Qui s’est prolongée d’une heure de plus.

Résultat : rentrée chez moi à 22h.

Plus jamais.