« Il a été chiant »

17h35, j’arrive chez la nounou pour récupérer mon Crapouillou.

Quand je l’avais déposé à 13h30 je lui avais dit qu’il avait dormi toute la matinée, qu’il avait eu une nuit difficile et que, de ce fait, il ne dormirait probablement pas.  Et puis je m’en suis allée travailler le coeur léger. J’étais toute contente en cette fin de (demi) journée difficile de retrouver mon Crapouillou. J’arrivais tout guillerette, ayant évacué le stress et les contrariétés en chantant dans la voiture.

 » Alors ça a été ?
– Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ce week-end, mais il a été chiant.
– … ah euh… pardon. »

Ce week-end ma belle-mère a pris d’assaut mon fils de 4 mois, l’a empêché de dormir et s’est fâchée après lui parce qu’il ne souriait pas assez (oui ma belle-mère est … spéciale). Et ce week-end aussi, avec PapaCrapouille on s’est disputé. Fort. Parce que l’un n’a pas compris les peurs de l’autre. Parce que l’autre n’a pas assumé ses incertitudes face à l’un.
Bref, notre week-end avait été un peu agité.

Ce n’est pas une raison pour dire que mon fils a été chiant.

C’est un mot blessant. Un mot qui ne veut rien dire. Un mot vexant.

Il n’a dormi qu’une demi-heure, vous vous rendez compte?

Me rendre compte de quoi ? Que plus Crapouillou grandit plus il s’éveille ? Que tu es payée pour t’occuper de lui quoiqu’il advienne ? Que ton métier ne se résume pas à coller bébé dans son lit pour avoir la paix ? Que je t’avais prévenu qu’il allait être éveillé puisqu’il avait dormi toute la journée ? De quoi faut-il que je me rende compte ? Parce que là, la seule chose dont je me rende compte, c’est que j’ai envie de lâcher mon boulot pour reprendre mon Crapouillou avec moi et l’élever de manière bienveillante, sans jamais lui dire qu’il a été chiant.

Parce qu’un bébé de 4 mois ça ne peut pas être chiant.
Parce qu’un bébé de 4 mois ça ne pleure pas pour rien.
Parce qu’un bébé de 4 mois ça a théoriquement besoin de ses parents.
Parce qu’un bébé de 4 mois ça ne demande pas grand chose.
Parce qu’un bébé de 4 mois ça ne fait pas de la comédie.
Parce qu’un bébé de 4 mois ça ne peut pas être chiant.

(oui je sais je l’ai déjà dit, mais c’est important d’insister)

Alors demain je parlerai à Nounou. Je lui dirai que ses mots m’ont blessée, que même si je comprends que ça ait pu être difficile pour elle à gérer, j’aimerais qu’elle me rende compte différemment de sa journée. « Il a beaucoup pleuré », « Il a été grincheux », « Il n’a pas beaucoup dormi », « Il a été très demandeur », « Il ne s’est pas beaucoup reposer »… Tout ce que tu veux, Nounou, mais plus jamais chiant.

Ma précieuse peau

Au début de la grossesse, on a toutes une pensée pour notre peau à l’idée de ce ventre qui ne va cesser de s’étirer pendant 9 mois. Commence alors pour certaines un travail de lutte acharnée contre les vergetures.

Pour ma part, j’avais renoncé à ce combat. Ayant eu des vergetures à l’adolescence malgré moult crèmes et baumes, je m’étais faite d’entre de jeu à l’idée que j’allais ressortir de la grossesse avec un ventre zébré. Du coup je n’ai rien changé à mes habitudes de soins naturels, et j’ai continué à me badigeonner de diverses choses selon les jours : gel d’aloé, beurre de karité, huile de coco, huile de noisettes, huile d’avocat…
Et plus la grossesse avançait, plus je me préparais aux fatidiques vergetures.
Un matin en me levant, j’en avais une sur le nombril (merci le piercing!). J’ai cru que c’était le début de la fin… Et bien non! Jusqu’à mon accouchement, je n’ai eu que cette seule et unique vergeture.

 

Et comme j’ai des gens bien sympathiques dans mon entourage qui m’ont dit que c’est quand on perd son poids de grossesse que ça explose, je m’attendais toujours à dire au revoir à ma peau… Et en fait j’attends toujours! (non, s’il vous plaît, ne me lancez pas des cailloux!)
Je ne pense pas que ce soit grâce à la nature de ma peau, vu que j’ai eu à l’adolescence des vergetures jusque sur les genoux (oui, oui, c’est possible!) donc je mets ça sur le dos des huiles végétales, du beurre de karité et de l’aloé vera qui ont été mes véritables alliés dans cette lutte que j’ai menée sans le savoir.

Du coup je me dis que tout le travail de deuil de ma peau, entamé à coup de Beautiful Body Projet, de réponse à Maria Kang et de grandes discussions avec les copines sur « Qu’est ce qui change physiquement après une grossesse? » me servira pour d’éventuel-le-s petit-e-s frères/soeurs de Crapouillou.

Tout ça pour dire : même si vous avez des vergetures, ne perdez pas espoir et prenez soin de vous malgré tout! Au pire, ça ne marchera pas, mais en attendant les massages du bidou qui se transforment en véritable moments de communication avec bébé sur la fin de la grossesse, ça fait un bien fou! 😉

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe parfois par accepter de changer! Lire la suite