(Non) entretien d’une poitrine allaitante

Avant, je ne portais jamais de carcan soutien-gorge

Comme je vous le disais hier, avant d’être maman, j’avais une petite poitrine légère qui me permettait de pratiquer allègrement le « no-bra » (comprenez l’absence de soutien-gorge). Et c’était fantastique!
Quand mes copines se prenaient la tête et faisaient 5 boutiques pour trouver LE soutien-gorge qui leur permettrait de porter LA robe avec le dos plongeant, moi je n’avais qu’à enfiler la dite robe et basta.
Quand mes copines avaient des angoisses du type « J’espère qu’il ne va rien m’arriver aujourd’hui parce que je ne suis pas coordonnées » qui les menaient à passer 1/2 heure touts les matins pour trouver l’ensemble qui allaient bien, moi je piochaient une culotte et puis c’est tout.
Et je ne vous parle pas du plaisir coupable de PapaCrapouille à passer la main sous mon t-shirt en toutes saisons (et la libération de ne plus avoir à dégrafer de sous-vêtements, même s’il avait poussé la dextérité jusqu’à n’avoir besoin que du pouce et de l’index!)

Donc voilà, telle était ma vie de femme à petit poitrine avant l’allaitement. Le « no-bra » partout, tout le temps. Assumé et revendiqué.

Mais ça, c’était avant ?

Je vous avoue que j’ai passé une loooooongue période les seins à l’air quand Crapouillou est né (les joies d’accoucher en été). Je ne portais pas de soutien-gorge, et j’étais bien! Mais oui! Même avec un 90D lourd de lait, mes seins se portaient à merveille!
Je ne portais pas non plus de t-shirt, parce que le temps que mes seins se « règlent » sur les besoins de Crapouillou, j’aurais du faire 3 lessives par jour rien que pour mes t-shirt. Seulement voilà (attention, coup de gueule incoming) on m’a mis la pression avec la reprise du boulot.

Mais qui c’est « ON » ?

C’est tout le monde et personne à la fois. C’est la mère, la belle-mère, la copine déjà maman, la copine nullipare, la collègue de boulot… et même le chéri! Parce qu’on vit dans une société où on te parle de mycose vaginale, de règles et d’incontinence à l’heure du déjeuner, où Aubade règne en maître sur l’habillage du corps des femmes et où « une femme une vrai » s’épile, se maquillage et cache ses tétons.

Donc forcément, mon entourage avait peur que mes obus et moi ne faisions tâche au boulot. Et, en parlant de tâche, que mon lait jaillisse de manière impromptu et me mette dans des situations embarrassante.

Mais tu fais comme tu veux, hein!

Sauf qu’à force de me rabâcher la même chose, leur angoisse est devenue la mienne. J’ai testé les soutien-gorges d’allaitement : sein(te) horreur! Vite, une alternative! J’ai découvert les brassière d’allaitement, nettement plus adaptée à mon passé de non-port militant de soutien-gorge. Voilà donc quelques mois que je me trainais avec ma brassière, m’inquiétant de ne mettre que des culottes coordonnées et me résignant à ne plus mettre certains hauts (qui seraient pourtant tellement plus pratique pour allaiter!)

Donc j’en ai eu marre et j’ai brûlé rangé mes brassières (que je ressortirai cet été probablement ou pour aller au sport) et j’ai décidé de reprendre ma vie de maman allaitante sans soutien-gorge. Et oh! surprise! c’est possible!
Autant vous dire que je revis!

Et les soins beauté dans tout ça ?

Je vous ai déjà parlé de mes soins au naturel aussi bien pour le visage que pour les cheveux, et bien les seins ne dérogent pas à la règle! Et comme une vie de jeune maman ne permet plus de passer des heures dans la salle de bain, je suis bien contente d’avoir adopté pendant la grossesse une routine naturelle.

Tous les week-ends donc, c’est gommage intégral au marc de café, douche et après : huile végétale (coco, argan ou avocat selon ma peau) en massage. Rien de plus.  Et mes seins s’en portent très bien : les petits vaisseaux éclatés à cause de la montée de lait on disparu!

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe aussi par prendre soin de soi selon ses convictions!