Ne pas se laisser bouffer

Fin d’année = bilans = réunions tard dans la soirée

J’ai invoqué la sacro-sainte excuse de la nounou, tout simplement.

Après xx heures elle ne peut plus me garder mon fils

Donc tout simplement, à l’heure annoncée, je me suis excusée auprès de mes collègues, me suis levée et suis partie retrouver mes hommes.

Seulement la semaine suivante, j’ai voulu « bien » faire. PapaCrapouille est donc rentré tôt du travail pour être là quand je ramènerai Crapouillou et je suis retournée à ma réunion de 18h30.

Retardée d’une heure.

Qui s’est prolongée d’une heure de plus.

Résultat : rentrée chez moi à 22h.

Plus jamais.

Maman et Papa, les retrouvailles ratées

J’écris cet article mais je ne sais pas si je le publierais.

Je voudrais parler d’un sujet sérieux, qui pour moi est passé de sérieux à grave il y a quelques temps.

Toutefois, avant de commencer cet article, je voudrais dire que PapaCrapouille est un homme formidable. Je l’aime de tout mon coeur et il m’aime de toute son âme. Crapouillou n’est pas le fruit du hasard. Il a été désiré et attendu. PapaCrapouille est l’homme de ma vie, mon âme soeur. C’est un homme d’une extrême gentillesse, d’une grande délicatesse, toujours prévenant, à l’écoute bienveillante et d’une honnêteté à toute épreuve ; un féministe qui ne supporte pas l’injuste ; un papa qui veille au grain ; un mari extraordinaire.

C’est pour ça que ce que nous avons vécu nous a tant marqué.

Quand on parle grossesse, maternité et accouchement, on en finit toujours par parler sexualité. PapaCrapouille et moi avions une vie intime que l’on peut qualifier de très épanouie avant que Crapouillou arrive. Nous parlions de tout, n’avions aucun tabou et étions plutôt en phase quant à nos moments câlins. Avec l’arrivée de Crapouillou beaucoup de choses ont changé. Pourtant nous étions prévenus. Nous avions tous deux lu beaucoup de choses à ce sujet, pour éviter justement le fameux « baby clash ». PapaCrapouille, très compréhensif, me laissait le temps de me réadapter à mon corps de jeune maman.

Seulement voilà, un jour, ça a dérapé. PapaCrapouille me dit qu’il a bien réfléchi, que notre couple bat de l’aile, et qu’il voudrait le sauver. Nous parlons beaucoup, tombons d’accord sur beaucoup de points à améliorer, reconnaissons nos torts partagés, notamment le manque de communication récent. Et puis, dans ce contexte d’ascenseur émotionnel, je sens bien que je lui manque, alors je le prends par la main et l’amène dans notre chambre. Crapouillou dort, la discussion m’a mise en confiance. PapaCrapouille est un peu surpris, mais heureux.

Mais voilà, nous ne sommes pas du tout sur la même longueur d’ondes.

Du tout. Du tout. Du tout.

Suite à ça, nous avons passé une semaine à faire chambre à part, à parler de se séparer, de divorcer.
Tout ça pour quoi ? Un incident, une fois.

Seulement PapaCrapouille et moi on s’aime pour le meilleur et pour le pire. C’était dur d’envisager ne plus vivre l’un sans l’autre. Alors, avant d’en arriver à une telle extrémité, PapaCrapouille et moi avons décidé d’entamer une thérapie de couple. Rien ne garantit que ça marchera, mais ça fait déjà un mois et la thérapie nous aide beaucoup. PapaCrapouille a réinvesti la chambre conjugale. J’arrive à nouveau à me blottir contre lui en confiance.

A vouloir aller trop vite, nous nous sommes fait beaucoup de mal. Alors je voudrais dire à toutes les futures et jeunes mamans : prenez votre temps et parlez! Quoiqu’il se passe, prenez votre temps et parlez! parlez! parlez! Un bébé ça change beaucoup de choses, notamment le rapport à son propre corps.

Voilà, j’espère avoir un jour le courage de partager mon expérience pour qu’elle serve à d’autres et vous permette d’éviter de reproduire nos erreurs.

Parce qu’être une jeune maman épanouie ou presque, ça passe aussi par son couple!