[CR Lecture] Accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices

Dans la JeuneFamilleEpanouie, on pratique la motricité libre (si tu ne sais pas ce que c’est, je te conseille de te rendre sur le très bon blog de Bougribouillons qui a résumé ça parfaitement avec des très jolies illustrations).

Quand Crapouillou avait 5/6 mois, je le voyais parfois bloqué dans certains de ses apprentissages et j’avais envie de l’aider, mais sans entraver au principe de motricité libre. Je voulais l’aider à faire seul plutôt que faire pour lui. J’ai donc cherché à me documenter sur le sujet, et j’ai fini par trouver un livre sympa : De la naissance aux premiers pas, accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices de Michèle Forestier aux Editions Erès.

Capture

Le livre est construit en 10 chapitres :

  1. La construction de la motricité
  2. Phase statique : Les positions à plat au sol (jusqu’à 6 mois)
  3. Phase dynamique : Les premiers déplacements (de 5 à 10 mois)
  4. Découverte de la verticalité (après 8 mois)
  5. L’exploration de l’espace : l’escalade
  6. La marche
  7. Intérêt d’un bon développement
  8. L’accompagnement de la motricité
  9. Difficultés transitoires
  10. Difficultés secondaires

Ce livre porte très bien son titre : il s’agit ici d’accompagner son bébé dans ses découvertes motrices. Elle dresse pour chaque étape une liste des erreurs à ne pas commettre, sans pour autant que le lecteur se sente coupable de les avoir commises, une liste des difficultés que peut rencontrer l’enfant et une liste d’exercices/jeux à faire pour l’aider à résoudre ses difficultés s’il en rencontre.  Tout au long du livre, elle explique l’importance des acquisitions au rythme de bébé, par étapes, sans sauter les étapes parce que le bébé du voisin marche déjà ou parce qu’on subit une pression sociale sur les acquisitions motrices de notre progéniture.

Ce que j’ai aimé

– Apprendre des choses!
– Le ton non-culpabilisant
– La simplicité des explications
– Les illustrations de Marianne Berger claires et explicites
– La mise en garde face au consumérisme (et grands dieux! la puériculture c’est le consumérisme incarné! Donc un rappel de ce qui est réellement nécessaire ça fait du bien!)
– Les encouragements à faire face à l’entourage, souvent mal renseigné.

Ce que j’ai moins aimé

– La mise en page du livre : c’est tout bête, mais avoir 4 colonnes sur une page double + les illustrations + les encarts + certaines phrases en gras et en couleur (et pas toujours la même couleur!) je trouve ça un peu fouillis et j’ai parfois du mal à trouver l’information que je cherche. Je pense à tous les gens qui ont des difficultés de lecture (dys- ou autre) et je me demande s’ils s’en sortent face à ce livre.
– La fragilité du livre : bien que destiné aux parents, je l’attrape parfois quand je suis avec Crapouillou pour regarder les jeux à faire avec lui pour l’aider et il se trouve que mon Crapouillou est FAN de livres (qu’il manipule excellemment bien à mon plus grand étonnement!) (enfin ceux pour petits, avec les pages rigides) et qu’il a mangé le coin de certaines pages, déchiré la couverture et commencé à arracher certaines pages (oui, je suis une mère indigne qui laisse son bébé sur son tapis avec un livre à proximité quand belle-maman débarque à l’improviste ^^’).
– Les photos : bon, là, je chipote parce que je suis photographe. Les photos sont très claires pour comprendre les explications mais il y a des erreurs de cadrage, des difficultés de lecture (oui, oui, une photo ça se lit!), des photos avec du flou de bouger … C’est vraiment du chipotage parce que la photo c’est mon second métier ^^’

Conclusion : Un livre à remettre entre les mains de tous les futurs et jeunes parents. Je regrette de ne pas l’avoir lu AVANT la naissance, j’aurais du ça m’aurait évité de faire des erreurs!

PapaCrapouille, mes seins et moi!

Parce que je ne suis pas que maman, il a fallu trouver un équilibre dans notre intimité avec l’allaitement. Et je dois vous avouer qu’on chercher encore! Ahah!

Mes seins

Eux qui ont toujours été petits, mignons, discrets,
Eux qui m’ont permis de me passer du carcan des soutien-gorges,
Eux qui ont été jalousée par les opulentes mais trop lourdes poitrines,
Eux qui ont poussé un beau matin et ce sont arrêtés là (85B bonjour!)
Eux qui frémissaient sous la moindre caresse,
Eux que j’adorais masser avec du beurre de karité après un bon bain
Eux qui pointais effrontément sous mes petits débardeurs en coton
Eux que j’ai appris à aimer, à adorer!

Ils sont aujourd’hui énormes! Enfin du moins à mes yeux. Passer d’un 85B à un 90D, ça fait un choc! Et encore, maintenant ils ont un volume de forme (j’vous explique pas la montée de lait le lendemain de la naissance de Crapouillou, j’ai cru qu’ils allaient exploser! Ahah!)
Du coup, avec le poids du lait, j’ai re-découvert la torture joie des soutien-gorges. Tant et si bien qu’au bout d’une journée en soutien-gorge d’allaitement je me suis ruée sur l’internet pour trouver mon sein graal : la brassière d’allaitement!

Bref, mes seins ont passé quelques mois à n’avoir, pour moi, plus rien d’érotique. Le seul « plaisir » qu’ils me procuraient était de se vider lors des tétées ou du tire-lait. Les seules caresses que je supportais étaient celles de Crapouillou pendant la tétée. Et j’évitais soigneusement de les masser avant, pendant ou après la douche (bye bye les bains!) de peur qu’ils ne se mettent à ruisseler!

PapaCrapouille face à mes seins

En revanche PapaCrapouille raffole de cette nouveauté : ils les trouvaient magnifiques, superbes, extraordinaires, merveilleux… jusqu’au jour où, lors d’un câlin, il s’est aventuré à les prendre à pleine main. Et là, la déception : mes seins étaient durs, pas du tout maléable et en plus ce n’était pas agréable pour moi.

Donc même si PapaCrapouille apprécie toujours l’esthétique que l’allaitement leur donne, il préfère nettement faire des câlins après que j’ai tiré mon lait (et moi aussi!).

Les nouvelles zones érogènes

Quand LA zone érogène de prédilection est ainsi bouleversée (voire anesthésiée) que fait-on ? Et bien on en cherche des nouvelles! On explore, on se redécouvre, seule ou à deux, on tente des choses (qui parfois nous font bien rire).

Et oui, ce n’est pas parce que le périnée et les seins en ont pris un coup avec la grossesse et l’allaitement que toute vie sexuelle est morte! Et se redécouvrir, seule ou à deux, c’est un nouveau jeu qui relance l’air de rien une bonne dose de piment dans le couple et qui permet de développer la communication : dire quand ça ne va pas, dire quand ça va, partager les idées, les envies, essayer, rater, recommencer, changer… Honnêtement, la sexualité après bébé me faisait très peur. Mais ça, c’est parce qu’on nous donne à voir/lire/écouter des témoignages négatifs! Si j’avais su que la sexualité après bébé serait comme une seconde adolescence, je pense que je me serais fait moins de noeuds au cerveau pendant la grossesse.

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe par redécouvrir son corps, seule ou à deux!