« Pas d’écrans avant 3 ans » le bilan à mi-chemin

« Pas d’écrans avant 3 ans » c’est ce qu’on peut lire partout et que tous les professionnels de santé nous recommandent.  À mi-chemin  vers les 3 ans, j’avais envie de faire le point.

JeunePapaEpanoui et mi sommes technophiles. Nous avons avons 7 consoles de jeux vidéo (de la Nes à  la Wii en passant par la Gameboy (retrogaming for ever!)) , 5 PC (2 chacun + 1 de dépannage ), chacun un smartphone et depuis peu, une tablette. Avec tout ça j’en ai presque oublié la tv ambilight qui trône dans le salon. Donc autant dire que chez nous, les écrans sont omniprésents.

Pendant la grossesse ce fameux credo « pas d’écrans avant 3 ans » nous paraissait impossible à tenir, noter vie étant organisées par écrans interposés  (après la synchronisation des montres de Parker Lewis dans notre jeunesse,  synchronisation des agendas de nos vies d’adultes!). De plus, beaucoup de nos loisirs impliquaient des écrans : cinéma,  séries, jeu en coopération avec les ami.e.s géographiquement éloigné.e.sur…

Sh*t!

Et puis Crapoillou est arrivé… Celles qui sont passées par là savent, pour les autres, disons que si on arrive à prendre une douche / jour c’est déjà un exploit! Donc les écrans sont naturellement sortis de nos vies. JeunePapaEpanoui avait au début ses soirées pour lui, mais il les occupait à ranger et faire le ménage (je vous ai dit que j’avais un homme parfait ?)Et Crapoillou à grandi. Il s’est mis à manger comme nous, il a commencé à pouvoir dormir sans moi, mon homme et moi avons retrouvé un peu de temps pour nous… Et nous sommes instinctivement retournés à nos anciennes habitudes télévisuelles, entre autres. Mais au bout de quelques jours nous préférions passer nos soirées devant un bon film, choisi, plutôt que de subir la programmation tv. Nous avons également rattrapé notre retard dans son les séries. Et ce sont devenus nos moments à deux, le soir, quand Crapouillou dort : un bon film ou une bonne série lancé.e sur les coups de 20h, calés dans les bras l’un de l’autre, sous le duvet. Simplement. On se surprend même de plus en plus à préférer lire ainsi, plutôt que regarder un écran (merci la médiathèque de nous fournir en livres passionants ❤ )

Est arrivé le jour où Crapouillou s’est trouvé devant un écran.  C’était il y a trois mois, je cherchais des dessins animés bienveillantsur pour quand il serait un peu plus grand. Il s’est réveillé de sa sieste, j’ai laissé tourner la vidéo le temps de m’occuper de lui. Et forcément,  quand nous sommes revenus au salon, il s’est mit à danser sur la chanson et à regarder la fin de l’épisode en tétant.  Une fois l’épisode fini, il m’à signé « encore », je lui ai expliqué que c’était fini, il a fini de téter et est allé jouer.

Comme ça. Simplement.

Alors maintenant je me cache moins quand je consulte mon téléphone, je n’hésite plus à aller sur le pc quand Crapouillou est là et j’ose même lui demander s’il veut regarder un dessin animé! Mon petit homme est curieux des écrans, jusque là il a vu 3 épisodes de Daniel Tiger, et il se dandine sur toutes les chansons! Mais il se lasse vite de rester assis à ne rien faire, et fini toujours par retourner à une activité plus … active ^_^

 © JMEOP

© JMEOP

Le bilan est donc positif :

  • Crapouillou n’aime pas plus que ça les écrans
  • Nous avons naturellement réduit notre « consommation » et notre temps passé devant les écrans
  • La médiathèque est devenue notre nouveau QG
  • Crapouillou se construit loin des médias et du « formatage » qu’ils opèrent

Je vous donne rdv dans un an et demi pour faire le bilan des 3 ans !

 

Ce que je ne ferai pas en 2016

A l’heure où tout le monde décline les résolutions et autres projets car, ça y est, 2016 est arrivé, je vous propose une liste à contrepied : ce que je ne ferai pas en 2016.

Je ne m’innonderai pas de lectures sur le développement personnel

C’est SO 20I5. En effet, l’an dernier j’ai beaucoup (trop) lu de livres sur le développement personnel et la parentalité. J’ai appris beaucoup de choses, je me suis très souvent remise en question et je me suis lancée une pléthore de défis. Et j’en ai relevé beaucoup plus que je ne m’en croyais capable :

  • mon couple est au top,
  • j’ai fait la paix avec certains points noirs de mon passé,
  • j’ai décroché une embauche définitive,
  • j’ai lancé mon entreprise,
  • la bienveillance a trouvé sa place dans mon coeur et mon esprit apaisés,
  • j’ai démarré un bullet journal

Tout ça, grâce à des lectures qui m’ont beaucoup apporté, même si elles ont parfois opéré de grands chamboulements à l’intérieur de moi. Et vu qu’il me reste encore deux défis de 20I5 à relever, je vais m’y consacrer en 20I6 et stabiliser tous les acquis de 20I5.

Je ne me mettrai pas la pression pour le blog

20I5 a été l’année où j’ai failli lâcher le blog et tout arrêter. J’ai longtemps hésité car je ne voyais plus la pertinence de continuer JMEOP. Je ne suis pas une blogueuse « pro » qui plannifie ses publications, qui cherchent à faire des partenariats ou encore qui fait de son blog sa vitrine professionnelle. Non, je ne suis qu’une jeune maman qui souhaite rester anonyme et continuer de partager un peu ses péripéties de jeune maman qui lutte à contre-courant de notre société pour son allaitement, son maternage, sa manière d’envisager l’éducation, bienveillante et autonome.

Je vous résume ça simplement, mais ça m’a pris du temps de bien définir tout ça. Du temps et de jolies rencontres virtuelles 🙂

Je ne sacrifierai pas ma vie de famille pour le travail

20I6 sera peut être l’année d’un virage à 360°. Après 5 ans d’études, deux concours et 3 ans d’activité j’envisage de lâcher mon emploi à durée indéterminée pour me consacrer à 100% à la photographie. Quelque soit l’issue de mes réflexions sur le sujet une chose est certaine : je ne remettrai pas ma famille dans la balance. Crapouillou et JeunePapaEpanoui passent en premier!

Je ne ferai pas d’autre enfant

Car je veux profiter de Crapouillou au maximum et qu’avoir un second enfant serait totalement incompatible pour moi avec ce voeux. Si j’avais un autre enfant maintenant, ça serait juste pour faire comme tout le monde avec des arguments alakon comme « Au moins on ne sort pas le nez des couches » ou encore « Mes enfants auront une super relation parce que peu d’écart d’âge ». Non, non, non. Ca ne nous  correspond pas. Ce n’est donc pas cette année que Crapouillou deviendra grand frère.

Je ne me comparerai pas

Aux autres blogueuses/mamans/femmes/chef d’entreprise. Je me suis enfin définie sans les autres et je n’ai pas l’intention de replonger.

Je vous souhaite le meilleur pour 20I6, l’essentiel, mais surtout le superflu ❤

Quand mon corps a eu raison de mon esprit

Reprendre le travail après la naissance de son tout petit, c’est dur. C’est dur, mais on le fait faute de moyens (non, le fantasme du loto ne passera pas par moi, je sais qu’il faut se lever tôt pour gagner sa vie). Pour ma part, quand j’ai repris, il y avait un gros enjeu : l’embauche définitive.

Alors je me suis investie, je n’ai pas compté mes heures et j’ai retroussé mes manches.
Et ça a marché.
A moi l’embauche définitive!

Et suite à cette embauche, voilà que je suis envoyée loin de chez moi.
2h de train
50 min de marche
30 min de métro
Le tout x2.
Et voilà mon trajet quotidien pour aller travailler.

Crapouillou fait la plus grand amplitude horaire autorisée par la loi chez son assistante maternelle. J’ai arrêté de laisser le travail déborder sur la vie de famille (en même temps, 4 heures de train par jour pour travailler, ça aide, c’est bien le seul côté positif). Premier jour sur mon nouveau lieu de travail, mes collègues, bien que chaleureux, avaient été très directs :

Tu n’es pas la première à nous venir d’aussi loin et tous les collègues avant toi ont explosé en plein vol avant la Toussaint.

Mais moi je n’exploserai pas. Je tiendrai. Parce que je travaille dans le train. Parce que je repasse enfin à temps plein et, par conséquence, à plein salaire. Parce que je vais bien cloisonner. Et puis la marche c’est bon pour la santé. Et le temps de trajet sera du temps de bureau étendu où je pourrais finir de faire ce que j’ai à faire et préparer le lendemain. Et puis ils ont explosé en plein vol parce qu’ils n’avaient peut être pas vécu plus dur avant. Moi j’ai repris 2 mois après mon accouchement, j’ai maintenu mon allaitement, j’ai sacrifié un bout de ma vie de famille, j’ai eu des déboires avec l’ancienne nounou, j’ai eu un cadre de travail difficile…

Non. Je ne craquerai pas. Pas moi.

Et puis petit à petit …
au lit de plus en plus tôt
un sommeil de moins en moins réparateur
et puis cette cheville qui me fait mal
de plus en plus de mal à émerger le matin
de moins en moins de patience avec Crapouillou
et puis ce genou qui coince
de moins en moins de tendresse envers PapaCrapouille
de plus en plus de problème à me concentrer dans le train
et puis cette hanche que je ne peux appuyer nulle part sans douleur
de moins en moins enjouée
de plus en plus renfrognée
et puis un matin, je n’ai pas réussi à me lever.

Le dos complètement bloqué, je n’ai même pas pu prendre Crapouillou dans mes bras pour notre câlin du matin. J’ai pris un antalgique, un anti-inflammatoire, un décontractant musculaire mais rien n’y faisait. Deux jours et deux rendez-vous plus tard (otséopathe et médecin) j’étais arrêtée.

Notre corps a des limites, et je n’ai pas voulu les écouter. Quand ma cheville a commencé à me faire mal, j’ai troqué mes ballerines contre des baskets. Quand mon genou a commencé à me faire mal, j’ai mis des pantalons plus amples. Quand ma hanche a commencé à me faire mal, j’ai pris des bains bien chauds. Et à force de ne pas vouloir m’écouter, pour être plus forte que les autres avant moi, mon corps a dit stop une bonne fois pour toute.

Mon médecin me dit que je ne peux pas continuer à ce rythme.

Rendez-vous compte : 6h de trajets par jour. 1/4 de votre journée en trajets! Ce n’est pas possible Madame Jeunemamanépanouie ! Vous ne pouvez pas continuer à ce rythme!

Et elle avait raison. Une fois arrêtée, mon corps a complètement lâché et j’ai TOUT attrapé : rhino, gastro, grippe, bronchite … Mon corps a dit STOP et je recommence tout doucement à retrouver un équilibre physique avec des objectifs simples : retrouver le sommeil, reprendre du poids et, potentiellement, me réorienté professionnellement.

A suivre …

Un an de maternage

Voilà, nous y sommes : Crapouillou a passé la barre des un an.

Un an d’allaitement.
Un an de nuits irrégulières.
Un an de câlins.
Un an de stress face à ses pleurs.
Un an de portage.
Un an de cododo.
Un an de bienveillance.
Un an de découverte du monde.
Un an de coeur qui déborde de bonheur.
Un an de doutes.
Un an de jeunes parents.
Un an de bonheur.

J’avais besoin de faire le point sur nos choix, nos valeurs, la direction que nous avons prise.

L’allaitement

© Jeune Maman Épanouie - ou presque

© Jeune Maman Épanouie – ou presque

Le plus grand bonheur de toute ma vie. Je ne reviendrais sur la décision d’allaiter pour rien au monde. Si c’était à refaire, je referais de suite (même les fois où il m’a mordue et où j’ai dit « Cette fois c’est bon, j’arrête »). Je ne connais rien d’aussi puissant que de donner le sein à son enfant. Ce sentiment d’équilibre parfait, cette pleine conscience de lui donner le meilleur, sa façon toute naturelle d’enfouir sa tête tout contre mon coeur… ❤
Je n’étais pas sûre de tenir autant. Je vise depuis le départ 18 mois minimum, mais avec la reprise du boulot ça a été sacrément dur à tenir. Et là avec ma mutation et mes 320Km quotidiens, je ne sais pas si je tiendrais encore… Alors je savoure chaque tétée comme si c’était la dernière, car j’en très certainement plus passées qu’à venir désormais.

Le cododo

CODODO

Personnellement, j’adore! PapaCrapouille était plus réticent. Mais maintenant que Crapouillou maîtrise le quatre pattes à fond et commence à marcher et qu’il ne pleure plus au milieu de la nuit mais nous rejoint et grimpe sur le lit sans nous réveiller tout à fait, ça passe mieux!

La bienveillance éducative

Affiche téléchargeable et imprimable ;)

Affiche téléchargeable et imprimable 😉

C’est mon défi au quotidien. Ca me tient tellement à coeur et ça me prend tellement d’énergie que j’y consacre toute une section de ce blog. Je constate néanmoins que je suis de plus en plus sereine de manière globale dans ma vie grâce à ça. J’ai l’impression de relativiser énormément, de mieux réagir dans les situations de conflit et d’agression, d’être plus sereine de manière générale. C’est de moins en moins un défi pour moi et de plus en plus naturel.
Et je ne suis évidemment pas la seule à en tirer des bénéfices : Crapouillou est un bébé « épanoui, curieux et heureux » dixit Nouvelle Nounou et ses copines de la crèche familiale.

Portage

PORTAGE

Dés que le premier trimestre de grossesse fut passé, j’ai offert à PapaCrapouille une écharpe de portage car j’adorais tout simplement l’idée de le porter enveloppé tout contre nous. Mais PapaCrapouille était en stress constant lorsqu’il faisait les noeuds et, arrivés les jours chauds, l’écharpe s’est vite révélée étouffante pour tout le monde.
Comme il était hors de question que nous abandonnions le portage, nous avec opté pour un préformé, un Manduca, et ce fut la révélation! PapaCrapouille porte Crapouillou très souvent et très sereinement, et nous n’avons pas ressorti l’écharpe depuis des mois!

Au bout d’un an …

Je suis plus sûre de moi que jamais dans nos choix éducatifs. J’apprends à composer avec le caractère de Crapouillou qui s’affirme de plus en plus. J’essaie de maintenir mon allaitement malgré beaucoup de fatigue et mes 4h de trajet ferroviaire quotidien (j’aimerais tellement aller jusqu’au sevrage naturel!). Je profite de chaque instant passé avec mes hommes, ensemble ou indépendamment l’un de l’autre. Bref, au bout d’un an, je suis plus sûre de moi que jamais et je panse chaque jour passé loin de mon Crapouillou par des jeux, des comptines, des câlins, des chatouilles, des tétées, des sorties… Bref, j’essaie d’être, plus que jamais, une jeune maman épanouie ! 🙂

Le jour où je suis restée derrière la porte.

Aujourd’hui c’est la rentrée!

(une grosse pensée à tou.te.s les parent.e.s qui ont eu le coeur serré en laissant pour la première fois leurs petit.e.s à l’école)

Ici, nous avons encore deux ans avant que Crapouillou ne fasse sa première rentrée. Toutefois, il fait sa rentrée en crèche familiale (tu sais, chez l’assistante maternelle qui travaille pour la crèche). Hier, c’est PapaCrapouille qui s’est chargé de passer l’heure avec Crapouillou et l’assistante maternelle, mais aujourd’hui, c’était mon tour.

Aujourd’hui au programme : passer 1/2 heure avec l’assistante maternelle et partir 1h en laissant Crapouillou. Même si j’ai déjà confié mon Crapouillou a une assistante maternelle l’an dernier, la mauvaise expérience fait que je ne suis pas rassurée. Bien entendu, j’ai tout verbalisé pour que mon Crapouillou le sache, en expliquant aussi (plus pour moi que pour lui je crois) que cette nouvelle nounou avait l’air très gentille, très attentionnée et que j’étais persuadée que cette année serait géniale avec Nouvelle Nounou.

Seulement au moment de partir, arriva ce qui devait arriver : Crapouillou s’est mis à pleurer. Je suis vite sortie de l’appartement après lui avoir fait un bisou et lui avoir certifié que je revenais dans une heure. Nouvelle Nounou a verrouillé derrière moi et … je ne suis pas partie.

© Jeune Maman Épanouie - ou presque

© Jeune Maman Épanouie – ou presque

Alors je suis restée derrière la porte, à l’écouter pleurer… une minute. Ensuite NouvelleNounou lui a donné un gâteau, et je suis partie avant de passer de maman-sous-le-choc-qui-reste-sur-le-pallier à maman-parano-qui-écoute-à-travers-la-porte ^^’

Au retour une heure plus tard, Crapouillou avait dormi l’heure entière dans les bras de NouvelleNounou et il m’a souri en se jetant dans mes bras dés qu’il m’a vu.

Prochaine étape demain : la fin de matinée et le repas chez NouvelleNounou!

Et vous, l’adaptation, ça se passe comment ?