L’allaitement longue durée à la télé

Ce matin, j’ai regardé l’émission des Maternelles, sur France 5, car le sujet m’intéressait au plus haut point : l’allaitement longue durée (ou, comme j’aime à l’appeler, l’allaitement).

Capture

Merci Nathalie de parler d’allaitement, tout simplement (et pas d’allaitement longue durée, ou hors normes!)

Première chose positive que je retiens : la définition de l’allaitement longue durée. Un petit rappel aux préconisations de l’OMS qui recommande l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois (bonjour les lobbies de puériculuture qui enfournent des purées dans les becs des petits de 4 mois) puis un allaitement jusqu’à deux ans en complément d’une alimentation diversifiée. Donc finalement, un allaitement longue durée, c’est un allaitement qui dure plus de deux ans dans notre société occidentale.

Deuxième chose positive : la mention de Jade Beall. C’est une photographe américaine humaniste que j’affectionne tout particulièrement et qui a fait un autoportrait avec son bambin de 3 ans et demi toujours allaité. Elle fait des portraits simples et puissants. Tout comme je vous ai déjà parlé d’Ivette Ivens, je vous en parlerai plus en détails peut être un jour.

© Jade Beall Photography - Sacred bodies

© Jade Beall Photography – Sacred bodies

Troisième chose positive : Marcel Pilliot a rappelé que la fonction première des seins, pour TOUS les mammifères, était une fonction nourricière. La vision incestueuse que notre société veut donner à l’allaitement vient de la réification de la femme et de l’érotisation du sein. Il a également remis au ban la psychanalyse (au revoir Oedipe!) en rappelant la vision scientifique, anthropologique de l’allaitement qui est conçu pour durer jusqu’à la perte des premières dents de lait (5/6ans). Allaiter « longuement » ne fait donc pas de futur.e.s enfant.e.s tyrans / malsains / pervers mais des enfant.e.s sécurisé.e.s

Autre chose abordée de manière très bienveillante  : la place du père.
L’ancien président de la CoFam n’a eu de cesse de dire qu’il y avait de multiples confusions. Par nature le papa n’est pas nourricier, et le fait que la société nous pousse à vouloir absolument que le papa donne un biberon à son/ses enfant.e.s est totalement factice. Tout comme une maman peut être maternante, un papa peu être paternant. Chaque parent a son rôle à jouer auprès d’un.e enfant.e aussi bien dans son développement affectif que sa découverte du monde.Et les pères ont un rôle essentiel dans l’allaitement : celui du soutien à la maman.

Pour finir, j’ai beaucoup aimé l’explication de la transition : en grandissant on passe d’un allaitement à la demande à un allaitement à l’amiable. C’est tout à fait ce que je ressens avec Crapouillou. Même si je réponds toujours à ses besoins, je lui fais aussi pars des miens. Quand il exprime son besoin de téter et que je ne peux pas y répondre de suite, je lui explique et il attend (plus ou moins longtemps et plus ou moins patiemment selon la fatigue).

J’ai été agréablement surprise par cette émission. Je vous conseille de la voir en replay 😉 Et je vais définitivement filer chez mon libraire acheter L’allaitement long expliqué à mon psy, mon généraliste, mon pédiatre, ma voisine … ! 😀

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51jn9xWpXeL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg

 

Un an de maternage

Voilà, nous y sommes : Crapouillou a passé la barre des un an.

Un an d’allaitement.
Un an de nuits irrégulières.
Un an de câlins.
Un an de stress face à ses pleurs.
Un an de portage.
Un an de cododo.
Un an de bienveillance.
Un an de découverte du monde.
Un an de coeur qui déborde de bonheur.
Un an de doutes.
Un an de jeunes parents.
Un an de bonheur.

J’avais besoin de faire le point sur nos choix, nos valeurs, la direction que nous avons prise.

L’allaitement

© Jeune Maman Épanouie - ou presque

© Jeune Maman Épanouie – ou presque

Le plus grand bonheur de toute ma vie. Je ne reviendrais sur la décision d’allaiter pour rien au monde. Si c’était à refaire, je referais de suite (même les fois où il m’a mordue et où j’ai dit « Cette fois c’est bon, j’arrête »). Je ne connais rien d’aussi puissant que de donner le sein à son enfant. Ce sentiment d’équilibre parfait, cette pleine conscience de lui donner le meilleur, sa façon toute naturelle d’enfouir sa tête tout contre mon coeur… ❤
Je n’étais pas sûre de tenir autant. Je vise depuis le départ 18 mois minimum, mais avec la reprise du boulot ça a été sacrément dur à tenir. Et là avec ma mutation et mes 320Km quotidiens, je ne sais pas si je tiendrais encore… Alors je savoure chaque tétée comme si c’était la dernière, car j’en très certainement plus passées qu’à venir désormais.

Le cododo

CODODO

Personnellement, j’adore! PapaCrapouille était plus réticent. Mais maintenant que Crapouillou maîtrise le quatre pattes à fond et commence à marcher et qu’il ne pleure plus au milieu de la nuit mais nous rejoint et grimpe sur le lit sans nous réveiller tout à fait, ça passe mieux!

La bienveillance éducative

Affiche téléchargeable et imprimable ;)

Affiche téléchargeable et imprimable 😉

C’est mon défi au quotidien. Ca me tient tellement à coeur et ça me prend tellement d’énergie que j’y consacre toute une section de ce blog. Je constate néanmoins que je suis de plus en plus sereine de manière globale dans ma vie grâce à ça. J’ai l’impression de relativiser énormément, de mieux réagir dans les situations de conflit et d’agression, d’être plus sereine de manière générale. C’est de moins en moins un défi pour moi et de plus en plus naturel.
Et je ne suis évidemment pas la seule à en tirer des bénéfices : Crapouillou est un bébé « épanoui, curieux et heureux » dixit Nouvelle Nounou et ses copines de la crèche familiale.

Portage

PORTAGE

Dés que le premier trimestre de grossesse fut passé, j’ai offert à PapaCrapouille une écharpe de portage car j’adorais tout simplement l’idée de le porter enveloppé tout contre nous. Mais PapaCrapouille était en stress constant lorsqu’il faisait les noeuds et, arrivés les jours chauds, l’écharpe s’est vite révélée étouffante pour tout le monde.
Comme il était hors de question que nous abandonnions le portage, nous avec opté pour un préformé, un Manduca, et ce fut la révélation! PapaCrapouille porte Crapouillou très souvent et très sereinement, et nous n’avons pas ressorti l’écharpe depuis des mois!

Au bout d’un an …

Je suis plus sûre de moi que jamais dans nos choix éducatifs. J’apprends à composer avec le caractère de Crapouillou qui s’affirme de plus en plus. J’essaie de maintenir mon allaitement malgré beaucoup de fatigue et mes 4h de trajet ferroviaire quotidien (j’aimerais tellement aller jusqu’au sevrage naturel!). Je profite de chaque instant passé avec mes hommes, ensemble ou indépendamment l’un de l’autre. Bref, au bout d’un an, je suis plus sûre de moi que jamais et je panse chaque jour passé loin de mon Crapouillou par des jeux, des comptines, des câlins, des chatouilles, des tétées, des sorties… Bref, j’essaie d’être, plus que jamais, une jeune maman épanouie ! 🙂