PapaCrapouille, mes seins et moi!

Parce que je ne suis pas que maman, il a fallu trouver un équilibre dans notre intimité avec l’allaitement. Et je dois vous avouer qu’on chercher encore! Ahah!

Mes seins

Eux qui ont toujours été petits, mignons, discrets,
Eux qui m’ont permis de me passer du carcan des soutien-gorges,
Eux qui ont été jalousée par les opulentes mais trop lourdes poitrines,
Eux qui ont poussé un beau matin et ce sont arrêtés là (85B bonjour!)
Eux qui frémissaient sous la moindre caresse,
Eux que j’adorais masser avec du beurre de karité après un bon bain
Eux qui pointais effrontément sous mes petits débardeurs en coton
Eux que j’ai appris à aimer, à adorer!

Ils sont aujourd’hui énormes! Enfin du moins à mes yeux. Passer d’un 85B à un 90D, ça fait un choc! Et encore, maintenant ils ont un volume de forme (j’vous explique pas la montée de lait le lendemain de la naissance de Crapouillou, j’ai cru qu’ils allaient exploser! Ahah!)
Du coup, avec le poids du lait, j’ai re-découvert la torture joie des soutien-gorges. Tant et si bien qu’au bout d’une journée en soutien-gorge d’allaitement je me suis ruée sur l’internet pour trouver mon sein graal : la brassière d’allaitement!

Bref, mes seins ont passé quelques mois à n’avoir, pour moi, plus rien d’érotique. Le seul « plaisir » qu’ils me procuraient était de se vider lors des tétées ou du tire-lait. Les seules caresses que je supportais étaient celles de Crapouillou pendant la tétée. Et j’évitais soigneusement de les masser avant, pendant ou après la douche (bye bye les bains!) de peur qu’ils ne se mettent à ruisseler!

PapaCrapouille face à mes seins

En revanche PapaCrapouille raffole de cette nouveauté : ils les trouvaient magnifiques, superbes, extraordinaires, merveilleux… jusqu’au jour où, lors d’un câlin, il s’est aventuré à les prendre à pleine main. Et là, la déception : mes seins étaient durs, pas du tout maléable et en plus ce n’était pas agréable pour moi.

Donc même si PapaCrapouille apprécie toujours l’esthétique que l’allaitement leur donne, il préfère nettement faire des câlins après que j’ai tiré mon lait (et moi aussi!).

Les nouvelles zones érogènes

Quand LA zone érogène de prédilection est ainsi bouleversée (voire anesthésiée) que fait-on ? Et bien on en cherche des nouvelles! On explore, on se redécouvre, seule ou à deux, on tente des choses (qui parfois nous font bien rire).

Et oui, ce n’est pas parce que le périnée et les seins en ont pris un coup avec la grossesse et l’allaitement que toute vie sexuelle est morte! Et se redécouvrir, seule ou à deux, c’est un nouveau jeu qui relance l’air de rien une bonne dose de piment dans le couple et qui permet de développer la communication : dire quand ça ne va pas, dire quand ça va, partager les idées, les envies, essayer, rater, recommencer, changer… Honnêtement, la sexualité après bébé me faisait très peur. Mais ça, c’est parce qu’on nous donne à voir/lire/écouter des témoignages négatifs! Si j’avais su que la sexualité après bébé serait comme une seconde adolescence, je pense que je me serais fait moins de noeuds au cerveau pendant la grossesse.

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe par redécouvrir son corps, seule ou à deux!

Je suis une jeune maman épanouie … ou presque! #07

Deux semaines plus tôt dans mon billet du dimanche, je partageai mes astuces pour rebooster la lactation et la semaine dernière je vous faisais un compte rendu de lecture sur LE livre sur l’allaitement qui, l’air de rien, m’a vraiment aidé dans ma désorganisation chronique. Ces articles ayant rencontré un franc succès, j’ai décidé de consacrer une semaine entière aux seins à l’allaitement!

Parce que oui, une des grandes questions que l’on se pose quand on est enceinte : sein ou biberon ? Et à ce sujet, il y a deux écoles : les pro-allaitement et les pro-biberon ? Non. Je dirais plutôt : les choix faits en pleine conscience et les faux choix (ou choix subis).
Effectivement, nous vivons dans une société qui adore malmener l’image de la femme pour en faire un objet sexuel : entre la norme du glabre, le tabou du vieillissement, hygiène qui frôle l’aseptisation, honte des fonctions naturelles du corps (non, non, avoir ses règles ce n’est pas sale!) la Femme est malmenée et remise en question dans en permanence.
Dans ce contexte de société fortement marquée par le patriarcat de nos jours encore, les femmes dans leur maternité n’échappent pas à toute cette pression intériorisée (ça fait tellement longtemps qu’on en bouffe de la Barbie qu’on ne s’en rend même plus compte!).

Du coup pour certaines femmes l’allaitement est vécu comme quelque chose de trop bestial et qui entache leur féminité, donc même si elles souhaiteraient allaiter, cette pression sociale les en dissuadent. Quant à celles qui essaient, avec toutes les conneries remarques qu’elles entendent, et le peu de soutien manque de formation du corps médical, elles arrêtent bien vite (on ne le dira jamais assez : une maman a suffisamment de lait et il est suffisamment nutritif pour son bébé dans  99% des cas ET un allaitement bien mis en place et bien mené n’est pas douloureux).

Vous l’aurez compris, j’ai un avis très tranché sur la question. Pour autant, je ne juge pas les mamans qui prennent la décision de ne pas allaiter, je les comprends car allaiter de nos jours s’approche parfois d’une véritable revendication!

Cette semaine donc, je ne refais pas le débat, je partage simplement avec vous le cheminement qui m’a conduit à l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois et à un allaitement long et je vous parle de cet allaitement dans tous les aspects de ma vie.

Mardi dans Maman travaille je vous dis comment je concilie travail et allaitement mais également comment j’ai fait fi de toutes les remarques peu encourageantes.

Mercredi dans Maman est amoureuse je partage toujours un peu notre intimité : PapaCrapouille, mes seins et moi!

Jeudi dans Maman est belle je vous parlerai de «  »l’entretien » » (vous verrez pourquoi les doubles guillemets jeudi ;)) de ma poitrine et j’en profite pour pousser un petit coup de gueule (voire deux!)

Vendredi dans Maman fait … je vous parle de l’allaitement et du tout début de la diversification.

Samedi retrouvez mon post 53 billets en 2015

Excellente semaine à tou-te-s !