8 clés pour mieux communiquer en couple

Parce que JeunePapaEpanoui et moi avons désormais la chance d’avoir une relation exceptionnelle, je partage avec vous les 7 clés qui nous ont permis d’arriver à être le couple que nous rêvions d’être.

  1. Mettre les compteurs à zéro

Je pense que c’est la chose la plus dure à faire qui soi. Au cours d’une vie, nous accumulons des contrariétés, petites et grosses. Bien souvent nous mettons un mouchoir dessus parce que nous nous disons qu’en parler ne ferait qu’empirer les choses. Oui mais voilà : en attendant nous sommes bléssé.e.s et ces blessures peuvent rester et ne pas cicatriser.
Un exemple tout bête que je reprendrai tout au long de ce billet :
des anciens amis de JeunePapaEpanoui s’étaient très mal comportés avec moi, et il n’avait pas réagi, préférant les laisser s’enfoncer dans leurs médisances et les ignorer. Mais son silence m’avait blessée à l’époque. Et j’aurais du lui dire, seulement je me suis tu, ce qui fait que la blessure est restée quelques années.

2. Ne pas aller « chez l’autre »

Dire : « Tu ne m’as pas défendue » est différent de dire « J’aurais voulu que tu me défendes »
Vous voyez la différence ?
Il faut « rester chez soi » et ne pas enfermer l’autre dans ce que l’on a interprété de son comportement ou de ses paroles. Parce qu’exprimer l’interprétation d’une action, c’est enfermer l’autre dans un rôle qui ne nous laisse pas l’ouverture nécessaire pour entendre ses explications et son point de vu.

3. Parler de soi

Rien d’égocentrique là dedans, je vous rassure! Ca rejoint le point précédent : pour être sûr de ne pas tomber dans l’accusation du « tu », on parle de « je ». Et plus précisément, de ses besoin.
J’aurais voulu que tu me défendes, j’ai besoin de me sentir protégée.
Le jour où j’ai dit ça à JeunePapaEpanoui, il est tombé de sa chaise! De son point de vue, réagir aurait été ancrer dans notre bulle leurs mensonges, alors que les ignorer était à ses yeux une manière de nous protéger de leur méchanceté.

4. Laisser la colère à la porte

Pour moi, c’était la chose la plus dure à faire. J’ai grandi dans la violence, verbale et physique, et tout s’exprimait pas la colère : la contrariété, la frustration, la peur, le stress … même les émotions positives comme l’enthousiasme, l’euphorie… Tout était colère. Il a fallu rendre leurs places aux autres émotions.
C’est un exercice, une rééducation, plus facile qu’il n’y parait. Il suffit d’analyser ce que l’on ressent en plus de la colère, et de décider (j’insiste, c’est aussi simple que ça, ça ne tient qu’à vous) de laisser plus de place à cette émotion qui accompagne la colère.

5. Ecouter pour apprendre

Oui, dit comme ça, ça peut paraître bête. Cependant réfléchissez-y bien : quand un désaccord surgit, ou que le ton monte, on a tendance à vouloir se défendre, avoir le dernier mot ou encore prouver à l’autre qu’iel a tort. Donc nous écoutons dans le seul but de trouver LA réponse qui nous donnera l’avantage.
Or, si l’on écoute, sans colère, pour apprendre le point de vue de l’autre, sans songer à riposter, on découvre souvent que le conflit vient d’une maladresse de la part de l’autre, ou d’une mauvaise interprétation de ses propos de notre part.

6. (Ab)user de la pause pipi

C’est tout bête, mais, lors d’une discussion tendue, si on a besoin de réfléchir ou d’une pause pour éviter de se mettre en colère, aller faire un petit pipi (même imaginaire) permet de réfléchir au calme ou d’analyser ses émotions. Alors attention, je ne parle pas d’une pause pipi-mots fléchés-Candy Crush qui durait une demi-heure. En général, 2 à 5 minutes suffisent.

7. Relever le positif

C’est une caractéristique bien franco-française de ne relever tout ce qui ne va pas. Quand tout va bien, nous trouvons ça « normal » et oublions souvent de faire la remarque. En revanche, au moindre accroc, on a tendance à râler. Or, si on prend le temps de se dire : « Tiens, ce soir on était sur la même longueur d’ondes, c’était tellement bien! » ça change tout. Le bonheur attire le bonheur 😉

8. Des câlins, encore des câlins, toujours des câlins!

Ne vous emballez pas, je ne parle pas de sexe, mais de véritables câlins. Quand la communication est rompue ou sur le point de se rompre, prendre 15 seconds pour faire un câlin à sa moitié fait des miracles : ça détend, ça rassure, ça réconforte, ça fait biochimiquement du bien (sérotonine, mon amie!) et il en va de même pour sa moitié!

Le jour où nous avons su que notre thérapie de couple était finie

Comme vous le savez, il y a plus ou moins un an de ça maintenant, nous entamions une thérapie de couple avec JeunePapaEpanoui pour poser les choses à plat après la naissance de Crapouillou et pour pouvoir se retrouver réellement. Au début nous y allions tous les quinze jours, puis une fois par mois. Nous n’y sommes pas allés de l’été et nous repoussions toujours la « reprise ». Forcément, avec cette longue pause, nous sommes un peu retombés dans nos vieux travers et les disputes ont ressurgi au galop.

Toutefois, nous ne montions plus sur nos grands chevaux, nous exprimions mieux nos sentiments et ce dont nous avions besoin, le ton ne montait presque plus et, chose extraordinaire,  nous arrivions à nous réconcilier en moins de deux heures (contre plusieurs jours auparavant)!

Et puis, est arrivée cette soirée …

Un vendredi soir, JeunePapaEpanoui était allé chercher Crapouillou à la crèche et ils étaient rentrés tout sourire. Je me suis mise à jouer avec Crapouillou, sous l’oeil attendri de JeunePapaEpanoui (qui filmait en cachette la scène, le gredin!). Au bout de plusieurs minutes, JeunePapaEpanoui nous a rejoint, les yeux embués de bonheur, et il m’a serrée fort contre son coeur.

Voilà, c’est tout bête dit comme ça. Les mots me manquent pour décrire vraiment les émotions qui nous on traversées. Le fait est que je me suis aussi retrouvée avec les yeux embués, mon coeur a ralenti pour savourer chaque seconde de ce moment, Crapouillou riait aux éclats, tout était parfait.

Le temps s’est arrêté.

Le bilan

A l’époque où tout le monde commence à faire une rétrospective sur 2015, nous avons fait la notre sur notre thérapie, notre couple, et notre famille.

  • Nous ne nous sommes pas retrouvés. Dire le contraire voudrait dire que tout est redevenu comme avant. Or nous n’avons plus rien à voir avec le couple que nous étions avant. 😉
  • Nous avons abandonné le passé. La thérapie a vraiment ce côté exutoire où l’on peut tout exprimer, tout laisser sortir, s’expliquer … « Vider son sac et remettre les compteurs à zéro avant de les mettre hors service » comme disait notre thérapeute.
  • Nous avons grandi à un âge où on ne grandit plus. Sérieusement, à l’aube de la trentaine, on a plutôt tendance à dire qu’on murit. Mais nous avons plutôt la sensation d’avoir fini de grandir. Enfin surtout moi qui n’ai pas eu une famille dans laquelle j’ai pu grandir normalement. J’ai appris à laisser la colère et la violence en moi s’en aller. J’ai appris à communiquer normalement, comme j’aurais toujours du le faire.
  • Nous nous sommes compris. Oubliez « les hommes viennent de mars et les femmes viennent de Vénus ». Chaque individu est différent indépendamment de ses attributs génitaux. Et, du fait de mon enfance douloureuse, Jeune PapaEpanoui ne comprenait pas certaines de mes réactions. Moi-même je ne les expliquais pas toujours. Et au fil des sessions, nous nous sommes mis à nu, avons tout dévoilé des heures les plus sombres de nos vies. Maintenant, nous nous comprenons en un seul regard.

Je vais m’arrêter là parce que les paragraphes recommencent à s’allonger x)

Je n’ai qu’une chose à vous dire : n’hésitez pas à tout faire si vous sentez votre couple fragilisé par l’arrivée de bébé / la mort d’un proche / un événement soudain. Si vous êtes deux à vouloir que les choses s’améliorent, vous avez 100% de chances de réussite 😉

Le jour où j’ai failli lâcher notre thérapie

Je crois qu’on pourrait rebaptiser « thérapie de couple » en « mon mari m’a accompagné dans ma prise de conscience que j’avais été maltraitée étant enfant »

Parce que oui, PapaCrapouille a été indélicat avec moi, une fois, quand on essayait de se retrouver après la naissance de Crapouillou. Cette indélicatesse a créé une réaction en chaîne que je n’aurais pas soupçonnée, que je ne comprenais pas, lui non plus ; ce qui nous a donc amené à notre thérapie.

Un cancer du bonheur

J’avais tous les comportements clichés d’une adulte qui n’est en fait qu’une enfant maltraité qui a grandi. Mais je n’en avais aucun souvenirs. Ou disons plutôt que ces souvenirs (très) douloureux étaient enfouis, bien tassés dans un coin de mon cerveau et que, même si je n’en avais pas conscience, ils agissaient. Un peu comme un cancer qui serait venu détruire progressivement mon bonheur.

Le pouvoir de l’esprit

Mais cette faculté à oublier, à ranger sagement dans un coin les douleurs, c’est au final ce qui m’a permis de survivre jusqu’ici. De grandir. D’avancer. De vivre. Si j’avais eu la pleine conscience en grandissant de ce que j’ai vécu enfant, je n’aurais sans doute jamais grandi. J’aurais sans doute trouvé ce monde trop cruel pour décider d’y tenter ma chance. Mon cerveau, cette chose incroyable, a donc décidé d’occulter pour je puisse vivre.

Réalité alternative

Du coup il y a plein de choses de mon enfance dont je n’ai pas souvenir. Quand on me les raconte lors des réunions de famille, c’est un peu comme si on me racontais un film que je n’ai jamais vu. Je n’ai pas de vrai souvenirs continus avant le collège. Juste des bribes de moments heureux (ou pas) par ci par là. J’ai parfois l’impression d’être née au collège et de n’avoir pas eu d’enfance.

Ma très chère Pandore …

Notre thérapeute a été très habile sur ce coup là. Au début elle me disait :

Oui il y a eu quelques petits dysfonctionnements dans votre famille.

Et puis progressivement elle s’indignait de plus en plus fort

Mais c’est quoi cette histoire !? Vous vous verriez faire vivre ça à votre fils ?

Jusqu’aux jours où elle m’a fait prononcer les mots qui m’ont tellement bouleversé que j’en ai vomi dans la rue en sortant de la séance :

Et encore, dire que vous avez été maltraitée, c’est léger pour décrire ce que vous avez vécu.

Et c’est là que j’ai voulu tout arrêter. Je n’ai plus contacte avec mon père depuis des années, mais j’ai encore ma mère. Que j’aime. Malgré tout. Et même si je n’ai jamais été heureuse de ma relation à ma mère et de ma relation fraternelle, j’avais trouvé un compromis, une place dans tous ces dysfonctionnement où je pouvais exister, vivre, certes la tête dans le sable, mais vivre quand même.

Or là, je voyais tout en face.

Beaucoup (trop) de choses ont refait surface.

… merci

Ce qu’il y a de bien à avoir ouvert cette boite de Pandore, aussi violent fusse-t-il pour moi d’affronter mes démons, c’est que je peux enfin me défaire de mon cancer du bonheur. Un peu comme la chimiothérapie, parfois le traitement semble plus violent que le cancer lui-même et pourtant! J’arrive à communiquer à nouveau. PapaCrapouille et moi sommes encore plus proches qu’avant. Je sais que je protègerai mon Crapouillou encore mieux qu’avant. J’arrive enfin à laisser ma colère derrière moi et à pardonner à ceux qui m’ont fait vivre l’enfer sur terre. Mes comportements erratiques disparaissent. Mes peurs infondées s’envolent. Et je me découvre petit à petit une sérénité que je ne soupçonnais pas pouvoir connaître un jour.

Mes nuits sont encore ponctuées de cauchemars, le chemin est encore long, mais je suis sur la bonne voie.

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) c’est possible même en ayant eu une enfance baffouée.

Cette thérapie de couple qui m’a révélée à moi-même

Comme vous le savez, nous avons commencé une thérapie de couple suite à la naissance de Crapouillou et à un incident survenu alors que nous essayions de retrouver une intimité.

Je savais que nous allions recoller les morceaux, que nous allions mettre les compteurs à zéro, que nous apprendrions à mieux communiquer, que nous nous retrouverions. Ce que je ne savais pas, c’est que j’allais apprendre des choses sur moi.

Et je dois saluer ici la compétence de notre thérapeute qui a su aller chercher au fond de moi des choses qui étaient tellement bien enfouies que j’ignorais leur existence. Et ces choses étaient enfouies profondément car mon esprit avait décidé de les occulter pour pouvoir grandir et avancer dans la vie. Toutefois, même si ces souvenirs étaient rangés dans un coffre fort ultra sécurisé, ils étaient toujours là dans un coin de mon cerveau et me rongeait intérieurement depuis des années.

Ca m’aura pris 20 ans pour mettre des mots sur mes maux, mais depuis cette fameuse séance (qui s’est soldé par une soirée de larmes et 2 jours de jeûne involontaire tellement j’étais retournée) je me gère mieux : je suis moins à fleur de peau, j’arrive mieux à expliquer certains mal-êtres sans agressivité, je suis plus proche de Papa Crapouille qui me comprend mieux (lui aussi a été assez bouleversé), nous savons maintenant pourquoi je suis surprotectrice avec Crapouillou.

La contrepartie de cette ‘révélation’, de cette libération, c’est que j’ai aussi pris conscience de tout ce que j’ai pu faire de mal à cause de ces souvenirs enfouis qui me rongeaient. Ma colère contre tou-te-s mes ancien-ne-s ami-e-s s’est évaporée d’un coup. Du même coup j’ai réussi à pardonner à ceux-celles qui m’avait blessée. Cependant je n’arrive pas à me pardonner moi d’avoir pu blesser des personnes comme j’ai pu le faire. Même si maintenant j’en connais la source, j’ai trouvé l’explication de mes comportements destructeurs envers les autres, expliquer n’excuse pas.
Et autant pardonner aux autres a été facile une fois les maux expliqués, autant se pardonner à soi-même est une autre paire de manche …

Bref, cette thérapie de couple est quand même salvatrice. Au delà d’avoir sauvé mon couple, je pense qu’elle m’a sauvée moi. Maintenant il va falloir que j’apprenne à me pardonner et à laisser de côté mes automatismes destructeurs d’enfant blessé.

Parce qu’être une jeune maman épanouie (ou presque!) ça passe aussi par mettre des mots sur les maux du passé.

Notre thérapie de couple

Ca fait maintenant deux mois que nous la suivons, je peux donc aborder le sujet avec un minimum de recul.

Comme je l’avais expliqué, avec PapaCrapouille, nous avons vécu des retrouvailles ratées qui nous ont heurtés à tel point que nous avons envisagé de nous séparer pour de bon. Seulement pour se séparer, il nous aurait fallu ne plus nous aimer. Ce qui n’était pas le cas. Nous nous étions juste blessés.

Sans enfants, nous aurions pris le temps de régler les choses par nous-même. Mais avec Crapouillou, nous ne voulions pas laisser ça traîner. Ou pire encore : prendre le risque de récidiver!

Nous avons donc, grâce à un ami, pris contact avec une thérapeute de couple.

Et grands dieux croyez moi, les séances ont tout d’un bon film français : la psychothérapeute totalement embourgeoisée qui nous demande constamment ce qu’on ressent face aux dires de l’autre, les silences pesants qui durent et qui veulent dire beaucoup, les phrases profondes sur les ratés de nos enfances, les regards silencieux et les frôlages de mains pour se réconforter … Bref, si les séances étaient filmées, je suis certaine que ça ferait un film primé à Cannes! XD

Cependant, une fois passé ce ridicule qui n’en est pas, on se rend compte d’une chose : ça marche.

La thérapeute sait quand poser la question de nos émotions face à ce que dit l’autre. Ses interventions sont toujours pertinentes. Nos silences prolongés permettent à l’autre d’encaisser tout ce qui s’est dit. Nous élucidons plein de choses de notre enfance et nous comprenons beaucoup sur nous-mêmes ce qui nous fait avance dans notre relation à l’autre. Ces mains qui se frôlent ont été les prémices d’un retour au contact physique serein (non, on n’a pas encore retenté les câlins, mais maintenant je peux me blottir dans ses bras sans craintes)

Donc pour nous, la thérapie de couple, ça marche.

Tellement bien que les soirs de rdv sont devenus nos soirs en amoureux. On prolonge la séance par un ciné, un restau, un pub, une balade… Ca dépend de notre fatigue, de la météo, de nos envies.

 

Alors attention, je ne dis pas que ça marche pour tout le monde. Il faut le vouloir à deux, être prêt à écouter l’autre, à entendre ce qu’il a dire, à reconnaitre ses torts, à demander pardon, à comprendre des choses qu’on aurait préféré continuer d’ignorer, à se remettre en question… Bref, il faut vouloir s’ouvrir à l’autre et sauver son couple.
Je pense aussi qu’il faut encore être amoureux. Je ne vois pas comment une thérapie de couple pourrait marcher s’il n’y avait plus d’amour au sein du couple. Et qui dit s’aimer, dit être exclusif. Une thérapie de couple ne peut marcher qu’à deux.

J’avais, je vous l’avoue, un peu peur au début de cette thérapie. Peur de tout remettre en question. Peur de réaliser que j’avais raté ma vie. Peur de constater qu’à presque 30 ans je n’avais toujours rien compris à l’amour, au couple. Peur de me rendre compte que dans le fond je n’aimais peut être pas PapaCrapouille… Bref, j’étais morte de trouille que ça fasse basculer ma vie dans un cauchemar absolu.

Et c’est tout le contraire.

Avec cette thérapie, j’ai découvert que j’étais forte, que notre couple était fait pour durer, que nous avions tellement du grandir vite à cause de nos histoires personnelles respectives, que nous étions déjà très avancé dans notre jeune relation (4 ans que nous sommes ensemble tout juste). Nous avons découvert le noeud du problème et travaillons a le démêler avec bienveillance, sérénité et patience (chose dont je me croyais incapable jusqu’alors).

Alors voilà : il ne faut jamais perdre espoir.

Je ne regrette pas d’avoir demandé de l’aide pour nous aider à nous parler à un moment de notre histoire où la communication avait été rompue et où ne savions pas comment la reprendre.

A voir dans le temps si on arrive à panser toutes nos blessures.

Mais aujourd’hui moi j’y crois, j’en suis sûre : on s’en sortira.