Le jour où mon couple a éclaté – 3/3

J’avais peur que le soufflé retombe.C’est facile de partir d’une impulsion, surtout quand on s’est fait très peur. C’est moins facile de tenir la distance

Il a commencé à soigner sa dépression.
A arrêté de fumer.
A pris soin de lui.
A pris soin de moi.
A pris plus soin de Crapouillou.
A établi des limites fermes à sa famille, les renvoyant à leurs comportements
A décidé de me soutenir dans l’entreprenariat.
A accepté d’adopter un chien.
A aidé à la vente de l’appartement choisi pour nous par sa mère.
A commencé à chercher une maison.
M’a redemandé de l’épouser.

J’ai passé 5 mois à me regarder tour à tour l’aimer et le détester.  A ne plus supporter le quotidien avec lui et à  ne plus supporter d’être loin de lui. A vouloir qu’il me laisse et à vouloir n’être que dans ses bras. Bref, vous avez saisi le tableau. Ma raison ne pouvait plus vivre cette vie. Mon coeur ne pourrait jamais vivre sans lui.

J’ai passé 5 mois à assister à l’éclatement de mon couple. Et putain, ça a fait du bien!

Oui, mon couple a volé en éclats. Indéniablement. Douloureusement.

Nous avons patiemment ramassé ces éclats. Un à un. Et avec ces éclats nous construisons une mosaïque plus belle encore que ce qui fut.

Je n’en reviens toujours pas à chaque fois que j’écris « mon couple a volé en éclats ». D’un côté, c’est réellement ce qui s’est passé : trop de choses accumulée de mon côté nous ont fait exploser. Mais d’un autre côté, nous sommes tellement ressoudés aujourd’hui, que toute cette période me parait loin derrière. Bref, je tenais quand même à vous le raconter. Parfois on traverse des tempêtes plus dures que d’autres, on pense ne jamais en sortir, et puis on se retrouve à bâtir un nouveau monde qui vaut toutes les tempêtes de la vie ❤

 

Le jour où mon couple a éclaté – 2/3

Partie 1/3

Je n’avais plus envie de rien. Ni de le voir, ni de l’entendre, ni de le croiser, ni de vivre avec lui ni de le voir, de l’aimer. Paradoxalement, j’étais contente qu’il rentre le soir, de l’entendre rire avec Crapouillou à l’heure du bain, de savoir qu’il dormait dans la pièce à côté, de me dire qu’un jour on renouvellerait nos voeux.

Après le choc, la dissociation. Je le détestais autant que je l’aimais.

Lui dans tout ça s’est mis à vivre la peur au ventre. Cette fois la vraie. Pas celle de la dépression qu’il se trainait en réalité depuis des années avant nous. Pas la peur de vivre. La vraie peur. La peur saine. Celle qui déclenche des réflexes de survie. Celle qui fait qu’on se sent vivant. Celle qui ouvre les yeux sur tout ce qu’on risque de perdre. Celle qui met un coup de pied au cul. Bref, la peur de me perdre.

Merci de m’avoir dit tout ça.

Le soir où j’ai tout déversé pendant 2h il n’a rien dit parce que tout sonnait juste. Assommé par la réalité de l’homme qu’il était avec moi, il a répudié l’idée de défendre l’homme qu’il pensait être. En même temps, 6 ans de preuves, c’est lourd à contester. Alors il s’est tu. Et il a pris note mentalement de tout. Ce qu’il n’avait pas fait. Ce qu’il avait fait. Ce qu’il ne ferait plus jamais. Ce qu’il fallait qu’il fasse. Et ce qu’il allait faire dés à présent.

Et même si c’est la peur de me perdre qui a été le moteur premier de tout ça, c’est son Amour pour moi qui l’a emporté. Il voulait être l’homme qu’il se revait d’être. Maintenant qu’il avait toutes les clés en main pour ne pas répéter les erreurs du passé et pour devenir l’homme qu’il voulait être depuis tant d’années, il ne pouvait pas se tromper .

… bientôt la suite et la fin …