Le jour où mon couple a éclaté – 3/3

J’avais peur que le soufflé retombe.C’est facile de partir d’une impulsion, surtout quand on s’est fait très peur. C’est moins facile de tenir la distance

Il a commencé à soigner sa dépression.
A arrêté de fumer.
A pris soin de lui.
A pris soin de moi.
A pris plus soin de Crapouillou.
A établi des limites fermes à sa famille, les renvoyant à leurs comportements
A décidé de me soutenir dans l’entreprenariat.
A accepté d’adopter un chien.
A aidé à la vente de l’appartement choisi pour nous par sa mère.
A commencé à chercher une maison.
M’a redemandé de l’épouser.

J’ai passé 5 mois à me regarder tour à tour l’aimer et le détester.  A ne plus supporter le quotidien avec lui et à  ne plus supporter d’être loin de lui. A vouloir qu’il me laisse et à vouloir n’être que dans ses bras. Bref, vous avez saisi le tableau. Ma raison ne pouvait plus vivre cette vie. Mon coeur ne pourrait jamais vivre sans lui.

J’ai passé 5 mois à assister à l’éclatement de mon couple. Et putain, ça a fait du bien!

Oui, mon couple a volé en éclats. Indéniablement. Douloureusement.

Nous avons patiemment ramassé ces éclats. Un à un. Et avec ces éclats nous construisons une mosaïque plus belle encore que ce qui fut.

Je n’en reviens toujours pas à chaque fois que j’écris « mon couple a volé en éclats ». D’un côté, c’est réellement ce qui s’est passé : trop de choses accumulée de mon côté nous ont fait exploser. Mais d’un autre côté, nous sommes tellement ressoudés aujourd’hui, que toute cette période me parait loin derrière. Bref, je tenais quand même à vous le raconter. Parfois on traverse des tempêtes plus dures que d’autres, on pense ne jamais en sortir, et puis on se retrouve à bâtir un nouveau monde qui vaut toutes les tempêtes de la vie ❤

 

Le jour où mon couple a éclaté – 2/3

Partie 1/3

Je n’avais plus envie de rien. Ni de le voir, ni de l’entendre, ni de le croiser, ni de vivre avec lui ni de le voir, de l’aimer. Paradoxalement, j’étais contente qu’il rentre le soir, de l’entendre rire avec Crapouillou à l’heure du bain, de savoir qu’il dormait dans la pièce à côté, de me dire qu’un jour on renouvellerait nos voeux.

Après le choc, la dissociation. Je le détestais autant que je l’aimais.

Lui dans tout ça s’est mis à vivre la peur au ventre. Cette fois la vraie. Pas celle de la dépression qu’il se trainait en réalité depuis des années avant nous. Pas la peur de vivre. La vraie peur. La peur saine. Celle qui déclenche des réflexes de survie. Celle qui fait qu’on se sent vivant. Celle qui ouvre les yeux sur tout ce qu’on risque de perdre. Celle qui met un coup de pied au cul. Bref, la peur de me perdre.

Merci de m’avoir dit tout ça.

Le soir où j’ai tout déversé pendant 2h il n’a rien dit parce que tout sonnait juste. Assommé par la réalité de l’homme qu’il était avec moi, il a répudié l’idée de défendre l’homme qu’il pensait être. En même temps, 6 ans de preuves, c’est lourd à contester. Alors il s’est tu. Et il a pris note mentalement de tout. Ce qu’il n’avait pas fait. Ce qu’il avait fait. Ce qu’il ne ferait plus jamais. Ce qu’il fallait qu’il fasse. Et ce qu’il allait faire dés à présent.

Et même si c’est la peur de me perdre qui a été le moteur premier de tout ça, c’est son Amour pour moi qui l’a emporté. Il voulait être l’homme qu’il se revait d’être. Maintenant qu’il avait toutes les clés en main pour ne pas répéter les erreurs du passé et pour devenir l’homme qu’il voulait être depuis tant d’années, il ne pouvait pas se tromper .

… bientôt la suite et la fin …

Le jour où mon couple a éclaté – 1/3

Je dois bien être honnête avec vous, si j’ai déserté le blog en 2016, c’est bel et bien parce que mon couple a volé en éclats.

Tout faire par amour, pour moi ce sont des mots qui ont une réalisation très concrète. Persister dans un métier salarié qui ruinait toutes les facettes de ma personnalité ; vivre en silence le harcèlement que je subissais au travail ; résoudre mes traumatismes d’enfance maltraitée ; renoncer à mon accouchement à domicile et subir les violences obstétricales banalisées ; acheter l’appartement que ma belle-mère avait choisi pour nous ; subir les agressions répétées de la belle-famille en en prenant la responsabilité ;  avoir deux chats quand on aime les chiens ; se mettre à faire les comptes quand on s’est juré de ne jamais se laisser bouffer par l’argent ; se mettre à ranger quand le bordel nous rassure ; endosser le rôle de responsable à tous ses malêtres ; chercher des solutions où il n’y avait pas de problèmes… Des plus grandes choses aux plus petits, ces six dernières années, j’ai littéralement fait tout ce que je pouvais par amour.

Seulement est arrivé un moment où j’ai eu besoin d’exister par moi-même et pour moi-même. Ne pas être la femme de, la fille de, la mère de, la bru de. Ne plus penser à qui veut quoi, comment, pourquoi et quand. Retrouver la spontanéité et la passion qui me caractérisaient. Une fois le carcan du travail défait, j’ai redécouvert qui j’étais et ce que je voulais vraiment. J’ai ouvert les yeux sur mon quotidien. Et j’ai eu besoin d’ébranler cette vie, cette cage dorée.

Et pourtant je l’aime comme au premier jour. Mais cet amour m’a mené à l’antipodes de ce que j’imaginais. Au début de l’été, dans un sursaut de vie, après une énième agression de ma belle-famille à mon encontre et le silence de mon homme, c’est sorti. Tout. Les sacrifices, les efforts, l’amour, les changements, les concessions, l’Amour, les tiraillements, les choix, l’amour, les attentes, les envies, les besoins.

J’ai noyé mon homme sous un vomis verbal de ce que mes tripes n’arrivaient pas à digérer de nos six dernières années. Pendant deux heures, un flux ininterrompu de parole s’est déversé sur lui. Je n’en revenais pas. Plus je parlais, plus de choses venaient. Plus de choses venaient, plus je découvrais tout ce que j’avais fait pour lui, pour eux, pour nous. Pour m’enfermer dans une vie qui n’était pas la mienne.

J’ai cru qu’une fois la source tarie les choses allaient se passer comme d’habitude : lui serait la victime, moi le bourreau, et je m’étoufferais d’indignation devant l’injustice de la situation mais je finirais par m’excuser d’un tort qui n’est pas le mien au nom de l’Amour. Seulement ce jour là, après avoir posé mes tripes sur la table, rien ne s’est passé comme prévu.
Dans un calme olympien, les yeux brillants, il m’a regardé et n’a dit qu’une chose avant de déplier le canapé-lit  :

Merci de m’avoir dit tout ça.

 la suite …

Le jour où nous avons su que notre thérapie de couple était finie

Comme vous le savez, il y a plus ou moins un an de ça maintenant, nous entamions une thérapie de couple avec JeunePapaEpanoui pour poser les choses à plat après la naissance de Crapouillou et pour pouvoir se retrouver réellement. Au début nous y allions tous les quinze jours, puis une fois par mois. Nous n’y sommes pas allés de l’été et nous repoussions toujours la « reprise ». Forcément, avec cette longue pause, nous sommes un peu retombés dans nos vieux travers et les disputes ont ressurgi au galop.

Toutefois, nous ne montions plus sur nos grands chevaux, nous exprimions mieux nos sentiments et ce dont nous avions besoin, le ton ne montait presque plus et, chose extraordinaire,  nous arrivions à nous réconcilier en moins de deux heures (contre plusieurs jours auparavant)!

Et puis, est arrivée cette soirée …

Un vendredi soir, JeunePapaEpanoui était allé chercher Crapouillou à la crèche et ils étaient rentrés tout sourire. Je me suis mise à jouer avec Crapouillou, sous l’oeil attendri de JeunePapaEpanoui (qui filmait en cachette la scène, le gredin!). Au bout de plusieurs minutes, JeunePapaEpanoui nous a rejoint, les yeux embués de bonheur, et il m’a serrée fort contre son coeur.

Voilà, c’est tout bête dit comme ça. Les mots me manquent pour décrire vraiment les émotions qui nous on traversées. Le fait est que je me suis aussi retrouvée avec les yeux embués, mon coeur a ralenti pour savourer chaque seconde de ce moment, Crapouillou riait aux éclats, tout était parfait.

Le temps s’est arrêté.

Le bilan

A l’époque où tout le monde commence à faire une rétrospective sur 2015, nous avons fait la notre sur notre thérapie, notre couple, et notre famille.

  • Nous ne nous sommes pas retrouvés. Dire le contraire voudrait dire que tout est redevenu comme avant. Or nous n’avons plus rien à voir avec le couple que nous étions avant. 😉
  • Nous avons abandonné le passé. La thérapie a vraiment ce côté exutoire où l’on peut tout exprimer, tout laisser sortir, s’expliquer … « Vider son sac et remettre les compteurs à zéro avant de les mettre hors service » comme disait notre thérapeute.
  • Nous avons grandi à un âge où on ne grandit plus. Sérieusement, à l’aube de la trentaine, on a plutôt tendance à dire qu’on murit. Mais nous avons plutôt la sensation d’avoir fini de grandir. Enfin surtout moi qui n’ai pas eu une famille dans laquelle j’ai pu grandir normalement. J’ai appris à laisser la colère et la violence en moi s’en aller. J’ai appris à communiquer normalement, comme j’aurais toujours du le faire.
  • Nous nous sommes compris. Oubliez « les hommes viennent de mars et les femmes viennent de Vénus ». Chaque individu est différent indépendamment de ses attributs génitaux. Et, du fait de mon enfance douloureuse, Jeune PapaEpanoui ne comprenait pas certaines de mes réactions. Moi-même je ne les expliquais pas toujours. Et au fil des sessions, nous nous sommes mis à nu, avons tout dévoilé des heures les plus sombres de nos vies. Maintenant, nous nous comprenons en un seul regard.

Je vais m’arrêter là parce que les paragraphes recommencent à s’allonger x)

Je n’ai qu’une chose à vous dire : n’hésitez pas à tout faire si vous sentez votre couple fragilisé par l’arrivée de bébé / la mort d’un proche / un événement soudain. Si vous êtes deux à vouloir que les choses s’améliorent, vous avez 100% de chances de réussite 😉